À Ndjamena, la police tchadienne entoure toujours le siège des Transformateurs

Vue aérienne de Ndjamena, la capitale tchadienne.
Vue aérienne de Ndjamena, la capitale tchadienne. SIA KAMBOU / AFP

Le siège des Transformateurs est toujours assiégé par la police à Ndjamena. La police présente en nombre à l'extérieur bloque toutes les entrées depuis que samedi, les militants du parti ont tenté de s'y replier pour de tenir une veillée de prière en l'honneur de la mère de Yaya Dillo.

Publicité

La veillée a été empêchée. Le président du parti, Succès Masra, est bloqué à l'intérieur avec des partisans militants. À la mi-journée dimanche, l'avocat Me Max Loalngar, président de la Ligue tchadienne des droits de l'homme a tenté de lui rendre visite en vain. Il dénonce une « assignation à résidence » qui ne dit pas son nom.

« Personne ne peut avoir accès au siège des Transformateurs, ni au siège ni aux alentours. Toutes les issues sont complètement bloquées par la police. Je me suis rendu sur les lieux. Les policiers sont venus vers moi pour me dire qu’il n’y avait pas d’entrée. Je leur ai fait comprendre que j’étais avocat, j’ai sorti ma carte. Ils m’ont dit : "oui, vous êtes avocat, mais selon les ordres que nous avons reçus, personne ne doit rentrer". Ils ne m’ont donné aucune raison et je suis parti, raconte Me Max Loalngar. C’est inadmissible et nous avons ici la preuve que la justice a quitté ce pays il y a longtemps. Il s’agit en quelque sorte non pas seulement d’un déni de droit, mais d’une assignation à résidence qui ne dit pas son nom. »

Le voisinage aussi touché par les mesures

Le président de la Ligue tchadienne des droits de l'homme insiste aussi sur le fait que le voisinage est touché par ces mesures : « Et si cela se limitait encore au siège des Transformateurs, mais même le voisinage n’a pas sa liberté. Samedi soir, un jeune a été pris qui passait par là et qui n’était en rien lié à la cérémonie que les Transformateurs voulaient organiser. C’est une situation désolante en même temps qu’injustifiable. La seule lecture que j’ai faite, c’est que le régime a peur. Mais si leur peur doit avoir une incidence sur la population, c’est inadmissible ».

Selon Succès Masra, en fin de journée dimanche, l'électricité était également coupée à l'intérieur du siège et la présence policière encore renforcée.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail