L’ONG Human Rights Watch demande la libération de huit Burundais, ex-réfugiés en Tanzanie

Des réfugiés burundais à Kagunga, sur le lac Tanganyika, côté tanzanien.
Des réfugiés burundais à Kagunga, sur le lac Tanganyika, côté tanzanien. REUTERS/Thomas

Ils avaient été reconduits de force de Tanzanie dans leur pays en août dernier. Ils sont depuis en prison et poursuivis pour « atteinte à l’intégrité du territoire national et participation à des bandes armées ». Des accusations infondées qui doivent être abandonnées selon l'ONG.

Publicité

La base des accusations n'a quasiment aucun sens : ils sont accusés de choses très graves, liées à la sécurité de l'État car ils ont, selon le procureur, découragé les gens de rentrer au Burundi. Bien sûr qu'un réfugié en Tanzanie a le droit de d'exprimer comme il veut. Depuis 2015 au Burundi, si vous avez quitté le pays depuis 2015 et si vous rentrez, vous êtes considéré comme opposant, comme ennemi de l'État.

Lewis Mudge, directeur de HRW pour l’Afrique centrale

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail