Manifestations au Sénégal: les dons de sang affluent pour aider les blessés

Une poche de sang utilisée pour une transfusion sanguine.
Une poche de sang utilisée pour une transfusion sanguine. Getty Images/Alexandr Sherstobitov

Les récentes manifestations ont fait 10 morts, de source gouvernementale, 11 selon les protestataires. La Croix-Rouge a pour sa part avancé un bilan partiel d’au moins 590 blessés. Dans ce contexte, de nombreux jeunes se portent volontaires pour donner leur sang. Le Centre national de transfusion sanguine, à Dakar, ne désemplit pas. 

Publicité

C’est la première fois que Ndèye Fatou Mbow, 21 ans, vient donner son sang. « Ça pique un peu, mais ça va. C’est un acte citoyen, parce que ça contribue à sauver des personnes qui sont dans le besoin. »

Ismaïla, 20 ans, a lui-même participé aux manifestations la semaine dernière. « J’ai vu des blessés, ça m’a vraiment marqué. Ça fait partie des raisons pour lesquelles je suis venu. »

« Une contribution pacifique »

Devant le centre, une longue file d’attente. Ces étudiants ont répondu à un appel lancé sur les réseaux sociaux. « Puisque ces jours-ci on n’a pas cours, on est venus pour les blessés, dans le camp des manifestants, de même que pour les forces de l’ordre. C’est une contribution pacifique, on peut dire. »

« Ça nous choque vraiment parce que, ici au Sénégal, nous les jeunes en tout cas, c’est la première fois qu’on voit autant de sang couler. »

Le Centre national de transfusion sanguine a enregistré environ 500 dons rien que mardi et mercredi, et cela continue. Une affluence saluée par son directeur, le professeur Saliou Diop. « On ne peut que se réjouir de cet appel des jeunes, même s’il faut reconnaître qu’il n’y a pas eu d’augmentation réelle de l’utilisation avec ces manifestations, ça nous permet de maintenir nos stocks et de parer à toute situation. »

La Croix-Rouge sénégalaise, qui a porté secours à 590 blessés, rappelle que ce bilan est près de 4 fois supérieur au nombre de blessés enregistrés en plus de 3 semaines lors des violences préélectorales de 2011-2012.

 

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail