Congo-B : campagne électorale sur fond de promesses aux pensionnés

Vue de Brazzaville, capitale du Congo.
Vue de Brazzaville, capitale du Congo. Wikimedia/Jomako

Alors que le Congo-Brazzaville est en campagne en vue de la présidentielle du 21 mars, les autorités ont promis de solder tous les arriérés dus aux 45 000 pensionnés immatriculés à la Caisse nationale de sécurité sociale (CNSS). Ceux-ci perçoivent présentement les arriérés de 2020 et demandent que seize trimestres cumulés au cours  des années antérieures soient également payés.

Publicité

Avec notre correspondant à Brazzaville, Loïcia Martial

Les guichets de la CNSS de l’agence centrale et des succursales situées dans les quartiers populaires ont reçu du monde ces derniers jours. Les pensionnés ou leurs ayant-droits perçoivent les arriérés du troisième et quatrième trimestres de l’année 2020.

Président de l’Association des retraités contractuels du Congo, Gaspard Bakandiankouika a été servi. « La CNNS ne doit plus rien comme pensions de retraite au titre de l’année 2020. Maintenant, nous attendons le premier trimestre de l’année en cours. Une promesse nous été faite ».

Dans un communiqué de presse les responsables de la CNSS ont expliqué que l’apurement des arriérés de pensions de l’année 2020 vise à améliorer la soutenabilité de la dette du pays et la relance de son économie dans le cadre du Programme conclu avec le Fonds monétaire international (FMI).

Les pensionnés leur demandent de faire plus en payant seize trimestres d’arriérés cumulés entre 1997 et 2004 pour soulager leurs peines. « Si tous nos arriérés pouvaient être payés, ça serait une grande joie pour nous. Ça fait seize trimestres dont nous attendons le paiement depuis 23 ans », a rappelé M. Bakandiankouika.

La CNSS assure qu’elle a pris l’engagement d’apurer progressivement

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail