Tchad: lancement d'une large plateforme contre le 6e mandat d'Idriss Déby

Le président tchadien Idriss Déby Itno se présente pour un 6e mandat. (image d'illustration)
Le président tchadien Idriss Déby Itno se présente pour un 6e mandat. (image d'illustration) AFP

Une plateforme constituée d'organisations de la société civile, des principales partis d'opposition, de syndicats ou encore d'organisations de jeunes a été dévoilée vendredi 12 mars, au cours d'une conférence de presse organisée à Ndjamena. Sur le papier, son objectif est de pousser Idriss Déby, candidat à sa propre succession, à ne pas briguer un 6e mandat le 11 avril prochain. Ce collectif va lancer à partir de ce samedi un mouvement, « Wakit Tam » en arabe, « Le Moment est venu » en français, qui débute par un appel à manifester.

Publicité

Le groupe de coordination de cette plateforme planchait secrètement sur son lancement depuis début novembre 2020, au moment où le pouvoir tchadien organisait son forum national inclusif. Quatre mois plus tard, ils disent avoir appris des échecs de précédents mouvements citoyens tels que Iyina ou « Trop c'est trop ».

« Nous avons dit cette fois-ci : "il faut que ça s’arrête", explique le secrétaire général de la Convention tchadienne des droits de l'homme, Mahamat Nour Ahmed Ibedou. C’est pourquoi nous nous sommes mis ensemble, nous avons mis toutes nos forces en commun et cette fois-ci, il n’y a pas que les plateformes des jeunes, les syndicats et les associations de défense des droits de l’homme. Non, il y a également des partis politiques, les leaders d’opinion et les religieux pour venir à bout du système de monsieur Déby. »

Objectif affiché : pousser le président Idriss Déby à ne pas briguer un 6e mandat et empêcher l'organisation de la présidentielle du 11 avril. Mais comment comptent-ils procéder pour obtenir son départ ? Explication d'un des poids-lourds de ce collectif, Michel Barka, président de l'Union des syndicats du Tchad.

« Nous n’avons pas d’autres possibilités que de faire des manifestations, des marches pacifiques, des sit-in… Toutes les actions pacifiques pour amener le président Déby à accepter de ne pas partir pour ce 6e mandat qui, en fait, ne nous apportera rien de nouveau. »

Il y a quelques jours, le porte-parole du parti MPS au pouvoir Jean-Bernard Padaré, a lancé une mise à garde à tous ceux qui cherchent à empêcher la tenue des élections : « vous êtes attendus de pied ferme », a-t-il prévenu.

De son côté, le président sortant Idriss Déby doit lancer sa campagne électorale ce samedi lors d'un grand meeting organisé dans la capitale Ndjamena.

 

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail