Le président tunisien Kaïs Saïed visite la Libye, une première depuis 2012

Kaïs Saïed est le premier le premier président tunisien à se rendre en Libye depuis 2012. Ici, lors d'une visite au Qatar, le 16 novembre 2020.
Kaïs Saïed est le premier le premier président tunisien à se rendre en Libye depuis 2012. Ici, lors d'une visite au Qatar, le 16 novembre 2020. AFP - KARIM JAAFAR

Le président tunisien Kaïs Saied est arrivé dans la capitale libyenne Tripoli ce mercredi 17 mars, dans le but de saluer l'avènement du nouveau gouvernement d'unité nationale libyen et de relancer les échanges indispensables aux deux pays. Cela après dix années de guerre civile en Libye.

Publicité

Le président tunisien n'aura pas tardé : il effectue sa première visite officielle en Libye, deux jours après la prestation de serment du nouvel exécutif libyen.

Kaïs Saïed a été accueilli à l'aéroport de Tripoli par Mohamad Younes al Manfi, le nouveau président du Conseil de la présidence libyenne, avec qui il doit s'entretenir. Le président tunisien sera également reçu par le nouveau Premier ministre libyen par intérim, Abdel Hamid Ddeibah. Kaïs Saïed est le premier chef d'État ou de gouvernement à venir saluer l'avènement d'un gouvernement d’unité nationale en Libye, alors qu'il n'a pas effectué beaucoup de déplacements à l'étranger en un an et demi de fonction à la tête de l'État tunisien.

Il faut dire que pour la Tunisie, la réconciliation en Libye est d'une importance cruciale. Elle a 500 kilomètres de frontière commune avec son voisin et elle a beaucoup souffert de la guerre civile libyenne, que ce soit avec l'afflux de réfugiés, avec des attentats islamistes qui ont été préparés sur le sol libyen. L'économie tunisienne, qui dépendait beaucoup de la Libye, s'est également effondrée. Le gouvernement d'unité nationale libyen est donc pour la Tunisie un gage de stabilité Pourtant, Kaïs Saïed n’avait jamais pris parti pour l’un ou l’autre camp libyen, que ce soit Tripoli ou Benghazi.

Les deux pays ont nombre de sujets à aborder : la réouverture de l'ambassade de Tunisie à Tripoli, le sort des jihadistes tunisiens encore sur le sol libyen, mais aussi la reprise vitale des échanges entre les deux pays. Ceux-ci ont été de nouveau interrompus une bonne partie de l'année dernière, à cause du Covid-19. Du temps de Mouammar Kadhafi, la Tunisie exportait beaucoup de produits agroalimentaires et de construction vers la Libye et des centaines de milliers de Tunisiens travaillaient sur le sol libyen. Aujourd'hui, les entreprises tunisiennes comptent beaucoup sur les chantiers de la reconstruction libyenne.

 À lire aussi : Libye: le profil du gouvernement de transition d'Abdel Hamid Dbeibah

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail