Reportage

Le Sénégal lève l'état de catastrophe sanitaire

Les Dakarois rencontrés se disent plutôt satisfaits de la levée de l'état d'urgence sanitaire. (image d'illustration)
Les Dakarois rencontrés se disent plutôt satisfaits de la levée de l'état d'urgence sanitaire. (image d'illustration) REUTERS - ZOHRA BENSEMRA

L’état de catastrophe sanitaire a pris fin ce vendredi à minuit. Il concernait les régions de Dakar et Thiès, qui concentrent la majorité de cas de Covid-19. Une décision annoncée par le président Macky Sall lors de son message à la nation, le 8 mars dernier, après plusieurs jours de manifestations et violences qui ont fait au moins 10 morts. La mesure courrait jusqu’à ce samedi, mais n’est donc pas prorogée. Dans le même temps, le Sénégal vient de franchir la barre des 1 000 décès liés à la pandémie de coronavirus. Qu’en pensent les Dakarois ?

Publicité

Avec notre correspondante à Dakar, Charlotte Idrac

Au marché du quartier Ouakam, Aminata Diagne vend des tissus et du prêt à porter. La levée de l’état de catastrophe sanitaire est une bonne nouvelle pour ses affaires.

« Toute la marchandise que vous voyez là – montre-t-elle-, je n’ai pas réussi à l’écouler, surtout les tenues pour les baptêmes et les mariages. Comme cela va reprendre, ça m’arrange. Cette maladie, il faut vivre avec. »

La mesure impliquait notamment l’interdiction des cérémonies familiales et des rassemblements. Pour cette vendeuse de poulets, c’est un soulagement. « Les restaurants ne nous achetaient plus rien et avec les restrictions d’ouverture des marchés, c’est vraiment dur. Il faut que les activités reprennent. »

Pour cet homme, assis devant sa maison, la fin de l’état de catastrophe sanitaire va dans le sens de la décrispation après les manifestations. « C’est aussi pour apaiser les tensions, parce que les jeunes quand ils veulent sortir la nuit, travailler la nuit, c’est eux qui sont sortis manifester. »

C’est aussi ce que pense Ndiaga Kane, agent municipal, mais il met en garde contre un risque de relâchement. « Les boîtes de nuit, les soirées, il faut être vigilant. Porter les masques et se laver les mains. Surtout que nous, Sénégalais, on est têtus. »

Le chef de l’État l’a rappelé lors du dernier Conseil des ministres : « La levée de l’état de catastrophe sanitaire ne signifie pas la fin de la pandémie ». Parallèlement, la campagne de vaccination se poursuit.

 

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail