Covid-19: les autorités de Côte d’Ivoire alertent sur l'accélération des contaminations

Une femme passant devant une fresque décrivant les mesures d'hygiène à adopter avec le coronavirus à Abidjan, le 15 mai 2020.
Une femme passant devant une fresque décrivant les mesures d'hygiène à adopter avec le coronavirus à Abidjan, le 15 mai 2020. AFP Photos/Issouf Sanogo

Dans le pays, le taux de positivité est élevé. C'est à dire que sur le total des tests effectués, un grand nombre se révèle positifs au Covid-19. La situation n'est pas encore critique dans les hôpitaux, mais l'épidémie est bien là et elle touche de plus en plus d'Ivoiriennes et d'Ivoiriens.

Publicité

Avec notre correspondant à Abidjan, Pierre Pinto

De cinq décès recensés au mois de décembre, le pays en a compté 17 en janvier, 35 en février et 30 morts depuis le début du mois de mars. Au total, officiellement, 222 personnes sont mortes du Covid-19 en Côte d’Ivoire depuis l’apparition de la maladie.

Cette hausse des décès est les résultats d’une flambée des contaminations : 5 500 nouveaux cas ces deux dernières semaines sur plus de 42 000 tests analysés, soit un taux de positivité moyen de 12% avec des pics ayant parfois dépassé les 19%. Plusieurs causes combinées expliquent cette situation, commente Edith Kouassi, conseillère technique au ministère de la Santé et de l’hygiène.

On a un peu « baissé les bras »

« Tout le monde a baissé un peu les bras, tous les milieux. Et on est en train de le payer. À la mi-décembre, c’était les fêtes de décembre ; ensuite, il y a eu d’autres événements comme la Saint-Valentin, il y a eu des événements politiques. Et si dans ces rassemblements, les gens ne prennent pas de précautions, le virus circule. Et nous avons aussi une micro-suspicion du variant anglais qui lui, est plus chez les jeunes. Vous voyez que, de plus en plus, dans les écoles, il y a des cas de contamination. Nous ne sommes pas encore en saturation, nous ne le souhaitons pas et c’est pour cela que nous insistons afin que les mesures barrières soient respectées. Ces mesures sont efficaces », confirme Edith Kouassi.

De son côté, la vaccination suit son cours. La campagne vise pour le moment les personnels de santé, les forces de défense et de sécurité, mais aussi les personnes de plus de 50 ans et les malades chroniques. En trois semaines, seules 25 000 personnes ont reçu leur première dose d’AstraZeneca. Un rythme assez lent, qui a connu un coup de frein en fin de semaine dernière après la suspension temporaire des vaccinations avec ce sérum en Europe.

À lire aussi : Covid-19: la Côte d’Ivoire lance sa campagne de vaccination

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail