Affaire Chebeya-Bazana en RDC: le général John Numbi visé par un mandat d’arrêt

L'ancien chef de la police nationale John Numbi (deuxième en partant de la droite), lors de sa comparution devant la justice le 21 janvier 2011.
L'ancien chef de la police nationale John Numbi (deuxième en partant de la droite), lors de sa comparution devant la justice le 21 janvier 2011. JUNIOR KANNAH / AFP

Recherché par la justice pour s’expliquer sur son implication dans l’affaire Chebeya, l’ancien chef de la police nationale congolaise John Numbi a pris la fuite vers l’étranger et est désormais sous le coup d’un mandat d’arrêt. Les ONG demandent au gouvernement congolais son extradition vers Kinshasa après sa fuite de la RDC.

Publicité

Avec notre correspondant à Kinshasa, Kamanda Wa Kamanda Muzembe

Il était attendu par la justice militaire le jeudi 17 mars pour s’expliquer sur son implication supposée dans le double assassinat le 1er juin 2010 de Floribert Chebeya et de son chauffeur Fidèle Bazana, deux activistes des droits de l’homme. Mais le général John Numbi a ignoré la convocation du parquet militaire : il n’a pas fait le déplacement à Kinshasa.

Samedi 20 mars, des éléments des renseignements militaires se sont alors rendus au domaine Beijing, la ferme privée de l’officier où il réside habituellement pendant ses séjours à Lubumbashi. L’ancien chef de la police nationale n’y était pas.

Refuge dans un autre pays

La présidence de la République, tout comme des sources militaires à Kinshasa, confirment qu’un mandat a été émis contre le général quatre étoiles fugitif. Selon eux, il aurait trouvé refuge dans un autre pays de la région.

John Numbi a été récemment cité comme le commanditaire de l’assassinat de Chebeya et Bazana par deux policiers qui disent avoir participé au crime : le colonel Christian Ngoy Kenga Kenga et Jacques Mugabo - tous deux fugitifs du bataillon Simba, également mis en cause, et qui ont été arrêtés précédemment à Lubumbashi.

Les parties civiles haussent le ton et dénoncent une négligence ou une complicité qui auraient permis au général de se soustraire à la justice.


Selon l’ONG congolaise « La voix des sans voix », cette éventuelle fuite à l’étranger du général John Numbi, désormais sous mandat d’arrêt, prouverait qu’« il a fui par crainte d’être rattrapé par la justice », selon Rostin Manketa, le directeur exécutif de cette ONG qui avait été fondée par Floribert Chebeya.

 

L’étau était en train de se resserrer tout autour de lui et il a préféré fuir. Mais je pense que c’est une lâcheté de sa part, parce que c’est quelqu’un qui se disait très puissant. Et je pense qu’il aurait dû affronter la justice congolaise et s’expliquer sur les circonstances réelles de l’assassinat de ces deux défenseurs des droits humains. Pour nous, c’est un grand choc, parce que John Numbi est toujours considéré comme suspect numéro 1 dans l’assassinat de Floribert Chebeya Bahizire et Fidèle Bazana Edadi. Le général John Numbi est celui-là même qui avait rendez-vous avec Floribert Chebeya Bahizire, ce n’était avec personne d’autre que lui. Donc, je pense que mêmes toutes ses déclarations ont été balayées par les deux policiers qui ont fait des témoignages éloquents. Il reste à lui à nous dire de qui il avait reçu l’ordre pour opérer pour assassiner Floribert et Fidèle

John Numbi «a fui par crainte de la justice», affirme Rostin Manketa, le directeur exécutif de l’ONG « La voix des sans voix » fondée par Floribert Chebeya

 

 À lire aussi : Affaire Chebeya-Bazana en RDC : le général Djadjidja placé en résidence surveillée

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail