Libye: appel des diplomaties française, italienne et allemande à un départ des mercenaires

Les ministres de l'Italie, de l'Allemagne et la France étaient présents à Tripoli ce jeudi 25 mars 2021.
Les ministres de l'Italie, de l'Allemagne et la France étaient présents à Tripoli ce jeudi 25 mars 2021. © Hazem Ahmed/AP

Après l’appel du secrétaire général de l’ONU mercredi, de l’Égypte ce jeudi, ce sont les trois ministres français, italien et allemand en compagnie de la cheffe de la diplomatie libyenne qui ont appelé lors d’une conférence de presse conjointe à Tripoli au départ rapide des mercenaires. Une priorité pour la stabilité en Libye.

Publicité

« Nous réitérons la nécessité du départ de tous les mercenaires de Libye et de façon immédiate » a déclaré jeudi 25 mars, Najla al-Mangoush la ministre libyenne des affaires étrangères lors de la conférence de presse aux côtés de ses trois homologues européens en visite à Tripoli, dix jours seulement après la prise de fonction du nouveau gouvernement unifié.

Ce déplacement surprise des ministres français, italien et allemand en Libye a visiblement pour but de soutenir le nouvel exécutif. « Le départ de mercenaires étrangers est nécessaire pour que l’état libyen affirme sa souveraineté », a déclaré Jean-Yves Le Drian, le chef de la diplomatie française.

Montrer une unité européenne retrouvée

Les Européens veulent parler d’une même voix tout en essayant de tourner la page de leurs divergences. Cette visite vise à démontrer « une unité nécessaire » sur ce pays qui représente « notre voisinage immédiat » selon le ministre français. Mis en difficulté en Libye en raison de son soutien à Khalifa Haftar représentant l’un de deux camps opposés, Paris semble à la manœuvre pour se redéployer et investir dans ce pays en route vers sa reconstruction.

Le président du conseil présidentiel Mohamed al-Manfi était au Caire jeudi où il a rencontre le président égyptien. Abdelfattah al-Sissi a assuré le nouvel exécutif libyen de son « soutien inconditionnel ». Il a également appelé les mercenaires à quitter la Libye.

►À lire aussi : Libye: Macron reconnaît la «dette» de la France après l'intervention occidentale de 2011

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail