Éthiopie: l’appel du HCR pour aider les réfugiés érythréens des camps détruits au Tigré

Le camp de réfugiés érythréens d’Hitsats, dans le nord de l’Ethiopie où se mène le programme de couloirs humanitaires, en décembre 2019.
Le camp de réfugiés érythréens d’Hitsats, dans le nord de l’Ethiopie où se mène le programme de couloirs humanitaires, en décembre 2019. © RFI/Cécile Debarge

Pour la première fois depuis le début du conflit au Tigré en novembre dernier, une équipe du Haut Commissariat de l'ONU aux réfugiés a pu se rendre dans les camps de réfugiés érythréens, au nord de la région éthiopienne. L'agence onusienne confirme que deux de ces camps, Shimelba et Hitsats, ont été complètement détruits.

Publicité

Les 20 000 occupants des deux camps ont été dispersés dans toute l'Éthiopie. Le HCR doit ainsi trouver, en urgence, une solution pour des milliers de réfugiés, comme l'explique Boris Cheshirkov, son porte-parole pour l'Afrique de l'Est.

 

Ce qui nous inquiète, c’est qu’il y a jusqu’à 10 000 réfugiés dispersés dans toute la région avec lesquels nous avons perdu tout contact. […] Il y a un besoin urgent d’autres lieux pour faire face à l’afflux de réfugiés d’autant que c’est bientôt la saison des pluies.

Boris Cheshirkov, porte-parole du HCR pour l'Afrique de l'Est.

 

Le HCR a besoin de nouvelles ressources pour prendre soin des réfugiés. L'organisation onusienne n'a reçu que 44 % des 99 millions de dollars demandés pour les six premiers mois de 2021.

► À lire aussi : Les réfugiés érythréens au Tigré, cible de l'armée du régime autoritaire

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail