Gabon: Ali Bongo accorde sa première interview depuis son AVC

Le président gabonais, Ali Bongo. (Image d'illustration)
Le président gabonais, Ali Bongo. (Image d'illustration) GABRIEL BOUYS / AFP

« De l’énergie, j’en ai à revendre ! » C’est ce qu’a déclaré Ali Bongo à l’hebdomadaire Jeune Afrique. Le président gabonais a brisé un très long silence qu’il observait depuis son accident vasculaire cérébral (AVC) en octobre 2018.

Publicité

Avec notre correspondant à Libreville, Yves-Laurent Goma

L’interview est très longue : quatre pages. Ali Bongo parle de tout, y compris de sa santé. « Je vais bien. J’ai même augmenté mon rythme de travail. J’ai hâte d’être de nouveau à 100% de mes capacités », a-t-il déclaré.

À ses adversaires qui s’interrogent sur sa capacité à diriger le Gabon, Ali Bongo réplique : « Je leur conseillerais plutôt de travailler à formuler des idées. Se contenter de critiquer et de polémiquer, c’est se fourvoyer complètement. »

Pour Ali Bongo, son fils est « extrêmement compétent »

Il revient aussi sur son fils, Noureddin Bongo Valentin, dont la nomination en décembre 2019 au poste de coordinateur général des Affaires présidentielles avait suscité la polémique. Ali Bongo est tranchant : « Noureddin, en qui j’ai évidemment toute confiance, est extrêmement compétent. Il m’assiste au quotidien, veille à ce que mes directives soient bien exécutées et en assure le suivi ».

Accusé d’être boudé par la France depuis son arrivée au pouvoir en 2009, Ali Bongo reconnaît que sous le mandat de François Hollande, les relations n’ont pas toujours été très fluides. Mais avec Emmanuel Macron, « nous partageons, dit-il, la même volonté d’avoir des relations bilatérales nourries, apaisées et, je dirais, modernisées ».

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail