Comores: un haut-fonctionnaire accusé d'agression sexuelle sur une stagiaire

Moroni, capitale des Comores.
Moroni, capitale des Comores. Getty Images/altrendo travel

Un haut fonctionnaire comorien est inquiété dans une affaire d’agression sexuelle. L’ancien ambassadeur des Comores à Paris et directeur de cabinet de plusieurs ministres des Affaires étrangères a été limogé du poste de conseiller diplomatique lundi 29 mars après avoir été entendu par la gendarmerie pour agression sexuelle sur une stagiaire du ministère.

Publicité

Avec notre correspondant à Moroni, Anziza M'Changama

L’affaire a fait grand bruit dans l’archipel où le harcèlement sexuel est extrêmement tabou, en particulier dans la fonction publique. Abdallah Mirghane s’est rendu libre lundi matin à la brigade de recherche de la gendarmerie afin d’y être entendu pour la deuxième fois. Les gendarmes qui l’avaient arrêté la veille, dimanche, l’avaient ensuite relâché sur ordre du procureur, faute de plainte de la victime présumée.

Des membres du personnel du ministère des Affaires étrangères ont également été entendus. Le parquet se réserve le droit d’ordonner des poursuites si les auditions s’avéraient concluantes ou si la principale concernée, déposait plainte.

Une maladresse selon Abdallah Mirghane

Il s’agit d’une jeune stagiaire d’une vingtaine d’années qui pour l’instant, n’a pas pris contact avec les forces de l’ordre. L’affaire a éclaté dans la sphère privée puis sur les réseaux sociaux. Ce premier scandale de mœurs dans une institution comorienne déchaîne les passions au point que le ministre a révoqué son conseiller diplomatique.

L’ancien ambassadeur des Comores a publié une lettre détaillant sa version des événements. Il y parle de maladresse avec une porte, mais d’aucun geste à caractère sexuel et regrette d’être exposé ainsi à la vindicte populaire.

►À lire aussi : Comores: un père de famille banni de son village pour avoir porté plainte pour viol

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail