Niger: le premier gouvernement, renouvelé et rajeuni, de l'ère Mohamed Bazoum

Investiture du nouveau président du Niger, Mohamed Bazoum, à Niamey le 1er avril.
Investiture du nouveau président du Niger, Mohamed Bazoum, à Niamey le 1er avril. Issouf SANOGO AFP/File

Le Niger a un nouveau gouvernement après la prestation de serment du nouveau Premier ministre devant les députés. Ce premier cabinet de l'ère Mohamed Bazoum est composé de trente-trois ministres dont cinq femmes. Un gouvernement renouvelé et rajeuni dans lequel plusieurs jeunes technocrates ont fait leur entrée.

Publicité

Ce premier gouvernement est essentiellement composé de personnalités des partis de la mouvance présidentielle – la MRN, Mouvance pour le renouveau national – qui ont soutenu la candidature du président Mohamed Bazoum, entré en fonction le 1er avril dernier.

Tous les dinosaures du parti au pouvoir – le PNDS – ont été remplacés, exception faite de trois ministres : le ministre d’État aux Affaires étrangères, Hassoumi Massoudou ; Alkache Alhada, reconduit au poste de ministre de l’Intérieur et Alkassoum Indattou à la Défense nationale.

Le second ministre d’État est Rhissa Ag Boula, très proche du président Mohamed Bazoum.

Les trois principaux partis de la mouvance présidentielle se taillent la part du lion. À lui seul, le PNDS se retrouve avec 16 postes ministériels. Le MPR avec 5 postes et le MNSD avec 4 postes.

Dans ce gouvernement, beaucoup de jeunes ont fait leur entrée. Le rajeunissement est à plus de 50%, selon plusieurs observateurs. C’est ainsi qu’à la tête du ministère des Finances se trouve un jeune technocrate,  Ahmat Jidoud. La Justice, le Plan et l’Éducation nationale sont également occupés par des jeunes.

Le directeur de campagne du président Mohamed Bazoum, après de brillantes études aux États-Unis et en Grande-Bretagne, est propulsé ministre du Pétrole, de l’Énergie et des Énergies renouvelables. Il s’agit de Mahamane Sani Mahamadou, 37 ans, fis du président sortant Mahamadou Issoufou.

Le président Mohamed Bazoum, qui avait nommé en fin de semaine dernière Ouhoumoudou Mahamadou Premier ministre, l’avait dit dans son discours d’investiture : il exigerait « des cadres promus sur la base de leurs compétences techniques et de leur moralité ».

À écouter aussi : le président du Niger Bazoum Mohamed était l'invité de RFI le 29 mars 2021

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail