Tchad : la Céni annonce des dispositions face au problème des électeurs sans cartes

La Céni a annoncé que les inscrits sur le fichier électoral pourront présenter leur récépissé d'inscription ou alors leurs cartes d'électeurs de 2015, s'ils n'ont pas pu récupérer leur carte d'électeur. (image d'illustration)
La Céni a annoncé que les inscrits sur le fichier électoral pourront présenter leur récépissé d'inscription ou alors leurs cartes d'électeurs de 2015, s'ils n'ont pas pu récupérer leur carte d'électeur. (image d'illustration) © AFP/Issouf Sanogo

Pour voter à la présidentielle de dimanche, les Tchadiens inscrits sur les listes électorales devront se présenter avec leurs cartes d'électeurs. Problème : certains n'en auront pas pour le vote faute d'avoir pu la retirer dans les bureaux de distribution. Impossible de connaître le nombre exact d'électeurs sans cartes. La Céni a pris de nouvelles dispositions, a-t-elle fait savoir par communiqué diffusé le 9 avril, soit deux jours avant le vote. Des dispositions vivement critiquées par l'opposition.

Publicité

Avec notre correspondante à Ndjamena, Aurélie Bazzara-Kibangula

Cartes d'électeurs envoyées dans le mauvais bureau ou pas encore acheminer... Certains Tchadiens se retrouvent sans cartes et donc sans possibilité de voter. Un retard causé par la crise sanitaire et des difficultés logistiques fait savoir la Céni qui fait imprimer ses cartes par une société française.

C'est donc dans l'urgence qu'elle a pris des mesures pour permettre à tous de voter. Les inscrits sur le fichier électoral pourront présenter leur récépissé d'inscription ou alors leurs cartes d'électeurs de 2015.

« La meilleure solution » fait savoir le parti au pouvoir, pointant la nécessité de ne pas priver les citoyens de leur droit de vote.

Pour l'opposant historique, Saleh Kebzabo qui appelle au boycott du scrutin, c'est plutôt « une porte ouverte à la fraude ». Une fraude crainte aussi par Théophile Bongoro. Le candidat, qui s'est également retiré de la course à la présidence, explique que les cartes des personnes décédées pourraient être utilisées pour remplir les urnes.

Un moyen pour le parti au pouvoir, dit-il, de lutter contre l'abstention, réel enjeu de cette élection, selon l'opposant.

Sur la question des doublons de cartes d'électeurs observés dans plusieurs bureaux de la capitale, la Céni a fait savoir qu'ils étaient mis de côté pour être détruits. Aucun chiffre n'a été communiqué sur le nombre de doublons déjà recensés ou imprimés. Mais la Céni a annoncé avoir incinéré, le 9 avril 2021, environ 10 000 doublons.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail