Tchad: vision contrastée entre l'opposition et le pouvoir sur la présidentielle

Une personne remplissant son bulletin de vote à Ndjamena le 11 avril 2021.
Une personne remplissant son bulletin de vote à Ndjamena le 11 avril 2021. © MARCO LONGARI/AFP

Au Tchad, les bureaux de vote pour la présidentielle ont fermé dimanche 11 avril. Le président sortant, Idriss Déby Itno, brigue un sixième mandat face à six opposants. Si le parti au pouvoir se félicite de cette journée, l'opposition en revanche demande au président de tirer les conséquences de cette faible mobilisation.

Publicité

Avec notre correspondante à Ndjamena, Aurélie Bazzara-Kibangula

C'est à 6 heures du matin, parfois avec du retard dans certains bureaux de vote, que le scrutin a démarré. Et jusqu'à la clôture aux environs de 17 heures, la participation des électeurs était différente selon les quartiers.

Les bureaux de vote dans les quartiers sud de la capitale sont restés presque vides tout au long de la journée. Des files d'attente sont en revanche observées dans ceux du centre-ville, favorables du parti au pouvoir. La Céni n’a pas publié de chiffres sur la mobilisation ou non des électeurs.

►À lire aussi : Présidentielle au Tchad: affluence mitigée dans les bureaux de vote

Le président sortant Idriss Déby Itno s'est félicité d'un vote qui s'est déroulé dans « la paix et la tranquillité ».  Dès dimanche soir son directeur de campagne s’est, lui aussi, félicité de la forte mobilisation des électeurs, la démocratie a triomphé a estimé Mahamat Zen Bada lors d’un point de presse, la population a donné une grande leçon de maturité a-t-il indiqué, à tous ceux qui « pensaient vouloir contrôler le vote de nos compatriotes ».

« Les électrices et les électeurs ont bravé la chaleur, les distances et la peur pour aller accomplir leur devoir civique. Partout dans le pays dès l'aube, les électeurs ont pris la direction des différents bureaux de vote pour exercer le premier des droits démocratique », a continué Mahamat Zen Bada. Avant de conclure, « nous attendons avec confiance les résultats ».

Une réponse à une partie de l’opposition qui avait appelé au boycott du scrutin, celle-ci estime au contraire que son appel a fonctionné, « les images qui circulent des bureaux de vote désertés par les électeurs », indique Saleh Kebzabo, « marque une victoire importante pour notre appel au boycott » pour l’opposant historique les bureaux sont restés « désespérément vides » sur l'ensemble du territoire, il estime que moins de 10 % des électeurs sont allés voter, « Déby a perdu », affirmait-il hier soir, avant de conclure que le peuple tchadien en refusant d’aller voter a unanimement rejeté Déby de son système. « Du nord au sud, d'est en ouest, le vote n'a pas été probant [...] Nulle part dans le pays, il a été constaté une file d'électeurs », conclue-t-il.

La Céni déplore trois incidents, en référence à des urnes brûlées dans le septième arrondissement de la capitale. Des forces de l'ordre et de sécurité y ont d'ailleurs été déployées. Les résultats provisoires sont attendus le 25 avril, le temps que la Céni compile les chiffres.

Les agents électoraux sortent des lampes, ouvrent les urnes et procèdent au dépouillement. Des observateurs du parti au pouvoir sont présents dans ce centre en revanche pas de représentant des partis d’opposition. Quelques passants s’arrêtent pour regarder.

[Reportage] Le dépouillement des votes pour la présidentielle dans le quartier Ambassatna à Ndjamena

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail