Cameroun: HRW dénonce la recrudescence des mesures policières contre les personnes LGBT

Vue de Yaoundé, capitale du Cameroun. (Photo d'illustration)
Vue de Yaoundé, capitale du Cameroun. (Photo d'illustration) Tim E. White/Getty Images

L’ONG a publié un rapport suite à des arrestations et des violences en raison de l’orientation sexuelle des personnes visées. Dans la loi camerounaise, seul l’acte est criminalisé, mais la police s’en sert pour traquer les homosexuels ou les transgenres selon l’organisation, qui dénonce cette disposition pénale comme contraire à la Constitution et aux traités internationaux.

Publicité

Pour la chercheuse sur l’Afrique centrale pour HRW, Ilaria Allegrozi qui a rédigé ce rapport, la situation est vraiment problématique : « Contrairement à d’autres pays, le gouvernement n’a jamais dénoncé publiquement les crimes contre les personnes LGBT. Je cite l’exemple que nous avons documenté en février à Bafoussam, à l’ouest du pays, où la police a fait une descente musclée dans les bureaux d’une organisation et a arrêté treize personnes. Les a inculpées d’homosexualité, les a frappées, agressées verbalement, les a interrogées, sans la présence d’un avocat et leur a fait signer des déclarations, sans qu’elles puissent lire ces déclarations. La police a également forcé l’une de ces treize personnes à se soumettre à un test de dépistage du VIH sida, un examen anal, qui est une forme de traitement cruel, dégradant, qui s’apparente à la torture. Je pense que de manière générale, nous pouvons dire que notre dernier rapport met en exergue un climat homophobe, qui d’ailleurs encourage la maltraitance, la mise au banc des personnes LGBT au sein de la communauté. »

Me Alice NKom défend nombre de victimes de ces violences comme « Shakiro » et « Patricia », deux transgenres arrêtées début février car elles portaient des robes et qui sont toujours en prison aujourd’hui. Elle est au micro de François Mazet du service Afrique. 

Cela me rappelle les premiers jours de ce combat, il y a vingt ans, où pratiquement tous les jours c’était la chasse à l’homosexuel dans le Cameroun. Et en ce moment, je ne sais pas si c’est à cause de la pandémie, je ne sais pas si c’est à cause de tous les problèmes que le Cameroun connaît aujourd’hui, mais cela devient quelque chose de dramatique.

Maître Alice Nkom, avocate camerounaise

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail