Déforestation au Cameroun : Greenpeace interpelle la Deutsche Bank à propos d'Halcyon Agri

Une forêt tropicale au Cameroun (image d'illlustration).
Une forêt tropicale au Cameroun (image d'illlustration). Photo by DeAgostini/Getty Images

Les sections Afrique et allemande de l’ONG Greenpeace interpellent d’urgence la Deutsche Bank et lui demande de renoncer immédiatement à accorder un prêt à Halcyon Agri, le géant mondial du caoutchouc basé à Singapour. Une affaire qui concerne des investissements dans des plantations d’hévéa en Malaisie et au Cameroun.

Publicité

La Deutsche Bank s’apprête à décaisser la seconde tranche d’un prêt de 25 millions de dollars à Halcyon Agri. La banque allemande avait déclaré en juillet dernier avoir accordé « un nouveau prêt innovant » à la compagnie agro-industrielle, pour financer des investissements dans ses plantations en Malaisie et au Cameroun.

En finançant Sudcam Hevea, filiale camerounaise du groupe Halcyon Agri, la banque allemande s’assoie sur « son propre cadre de politique environnementale et sociale », souligne l’ONG.

« Sudcam est en train de ravager les forêts primaires dans ces pays, rappelle Irène Wabiwa Betoko, de Greenpeace Afrique. Mais aussi de détruire la vie de plusieurs peuples autochtones. Cette compagnie ne mérite pas de recevoir un quelconque prêt, surtout pas sous le label durabilité, parce que les pratiques de cette compagnie sur le terrain n’ont rien à voir avec la durabilité. »

Responsables de la déforestation de 10 000 hectares – environ la superficie de la ville de Paris – entre 2011 et 2018, l’appétit de Sudcam Hevea, qui possède une concession forestière de 100 000 hectares, menace aussi la riche biodiversité de la réserve naturelle du Dja - un site du patrimoine mondial de l’Unesco situé à 1 km des plantations –, selon Greenpeace.

L’ONG exhorte la Deutsche Bank à suivre l’exemple du Fonds souverain norvégien, qui est revenu – en 2019 – sur une promesse d’appuyer financièrement Sudcam Hevea, à cause de ses atteintes environnementales et de sa violation des droits humains.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail