Le Conseil de sécurité toujours divisé sur le Tigré, où la situation empire selon l'ONU

Une femme devant un mur endommagé à Wukro, au nord de Mekele dans le Tigré, le 1er mars 2021.
Une femme devant un mur endommagé à Wukro, au nord de Mekele dans le Tigré, le 1er mars 2021. AFP - EDUARDO SOTERAS

A New-York jeudi, le Conseil de sécurité s’est réuni pour évoquer la situation au Tigré, pour la 5e fois en privé depuis le début de la crise en novembre. La situation humanitaire a occupé la majeure partie des discussions - et les diplomates ont été choqués des rapports faits sur l’utilisation du viol par les hommes en uniforme, ainsi que la famine, comme armes de guerre.

Publicité

Avec notre correspondante à l’ONU, Carrie Nooten 

Le chef de l’humanitaire à l’ONU, Mark Lowcock, n’a pas épargné les diplomates des détails. Il y a raconté comment une femme du Tigré avait perdu son nouveau-né, puis son mari, avant de se faire violer par plusieurs soldats érythréens devant le reste de ses enfants. Il a rapporté aussi que des fillettes dès 8 ans étaient des cibles. Malgré la réunion en visioconférence, tous les diplomates semblaient particulièrement bouleversés par ces récits.

Le Conseil est divisé, avec d’un côté la Russie, la Chine, le Kenya, soutenus par les pays africains du Conseil, qui estiment qu’Addis Abeba a déjà fait des efforts avec les annonces d’accès humanitaire et leur appel au départ des Erythréens.

De l’autre, les pays occidentaux qui affirment suivre de près la mise en oeuvre des déclarations éthiopiennes, et commencent - pour certains- à s’impatienter. Les Etats-Unis, choqués du manque d’unité du Conseil, aimeraient ainsi passer à la vitesse supérieure pour donner un signal clair au gouvernement éthiopien.

Mark Lowcock a en tous cas été catégorique : la situation au Tigré a empiré, 4,5 millions sur 6 millions de personnes ont besoin d’aide humanitaire selon lui. Il a ainsi provoqué la furie de l’ambassadeur éthiopien à l’ONU qui l’a accusé de se comporter en « ennemi déterminé ». 

A lire aussi : Conflit en Éthiopie: réunion de l’ONU alors qu’une nouvelle tuerie est dénoncée

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail