Maroc: généralisation de la couverture médicale d'ici à 2025

Une infirmière administre le vaccin AstraZeneca à un personnel de santé, à Casablanca, le 30 janvier 2021.
Une infirmière administre le vaccin AstraZeneca à un personnel de santé, à Casablanca, le 30 janvier 2021. AP - Abdeljalil Bounhar

Le Maroc vient de lancer un projet de généralisation de la protection sociale pour un montant annuel de 5,7 milliards de dollars. L’année dernière, les autorités marocaines avaient annoncé que la crise de coronavirus avait révélé la faiblesse des réseaux de protection sociale du pays. 

Publicité

C’est le 29 juillet 2020 que le Maroc a annoncé la mise en place d’un plan de généralisation de la protection sociale, à l’horizon 2025.  Le projet a donc été lancé le mercredi 14 avril 2021 et concerne, dans un premier temps, 9 millions de bénéficiaires.

À terme, le plan de généralisation de la couverture sociale est destiné à couvrir 22 millions de personnes actuellement dépourvues d'assurance maladie.

Selon Mohamed Benchaaboun, ministre marocain de l’Économie et des Finances, le projet vise aussi l’intégration du secteur informel, des agriculteurs, des artisans, des professionnels indépendants et leurs familles ou encore des commerçants. Ils seront les premiers inclus dans le régime de l'assurance maladie obligatoire (AMO) au cours de cette année et l’année prochaine.

D’ici 2025, il y aura quatre phases. Chacune d’entre elles visera l’inclusion des personnes concernées aux programmes d’assurance maladie obligatoire, aux allocations familiales, au régime des retraites et à l’indemnité pour perte d’emploi.

Actuellement au Maroc, seuls les salariés du secteur public et privé bénéficient d'une couverture médicale. 

La généralisation de la couverture médicale va nécessiter d'améliorer les services de santé, marqués par un « faible taux d'encadrement médical » et un « important déficit en ressources humaines », selon le ministre Mohamed Benchaaboun. Il a évoqué, comme piste de réponse, « l'ouverture de la pratique de la médecine aux compétences étrangères, l'encouragement des établissements internationaux de santé à travailler et à investir au Maroc ».

À lire aussi: Covid-19: après des débuts laborieux, la campagne de vaccination s'accélère au Maroc

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail