Génocide au Rwanda: un nouveau rapport commandé par Kigali se penche sur le rôle de la France

L'historien français Vincent Duclert a remis vendredi une copie de son rapport sur le rôle de la France dans le génocide des Tutsis de 1994 au président Paul Kagame, à Kigali, le 9 avril 2021.
L'historien français Vincent Duclert a remis vendredi une copie de son rapport sur le rôle de la France dans le génocide des Tutsis de 1994 au président Paul Kagame, à Kigali, le 9 avril 2021. AFP - SIMON WOHLFAHRT

Le Rwanda rend public, ce lundi après-midi, son propre rapport sur le rôle de la France au Rwanda avant, pendant et après le génocide contre les Tutsis, trois semaines après la publication, en France, du rapport Duclert sur le même sujet. Si le rapport français avait été confié à des historiens, l’enquête rwandaise a été conduite par un cabinet d’avocats américain.

Publicité

Avec notre correspondante à Kigali, Laure Broulard

C’est le cabinet Levy Firestone Muse, basé à Washington, qui s’est chargé de cette enquête, commissionnée en 2017 par le gouvernement rwandais, deux ans avant le lancement de la commission Duclert par le président Emmanuel Macron. Une commission qui a récemment conclu à des responsabilités lourdes et accablantes de la France dans le génocide des Tutsis, tout en écartant l’idée de complicité de génocide.

Le rapport rwandais est complémentaire du rapport français. Il ne le contredit pas, assurait récemment à RFI Vincent Biruta, le ministre des Affaires étrangères du Rwanda. Il écartait déjà ainsi l’idée d’une participation active de la France au génocide et donc de son éventuelle implication au sens juridique.

Fin 2017, Levy Firestone Muse avait publié un pré-rapport. Les avocats y soulignaient que la France était au courant des massacres perpétrés contre les Tutsis dans les années 1990 et qu’elle avait, malgré cela, continué à soutenir les autorités rwandaises. Ils accusaient également les autorités françaises d’entrave à la justice dans la poursuite des génocidaires après 1994. Si ce premier document se basait essentiellement sur des données publiques, le rapport publié ce lundi compile également des échanges diplomatiques et des centaines de témoignages.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail