La RDC lance sa campagne de vaccination contre le Covid-19 avec l'AstraZeneca

La RDC lance sa campagne de vaccination contre le Covid-19 avec l'AstraZeneca.
La RDC lance sa campagne de vaccination contre le Covid-19 avec l'AstraZeneca. © RFI/Pascal Mulegwa

La République démocratique du Congo (RDC), a lancé, ce lundi 19 avril, à Kinshasa, la campagne de vaccination contre le Covid-19.  En dépit de polémiques et controverses que le vaccin AstraZeneca a suscité à travers le monde et les médias, les autorités congolaises l’ont retenu pour la campagne, après un premier report, par précaution. Le feu vert a été donné au cours d’une cérémonie, en l’absence des plus hautes autorités du pays.

Publicité

Avec notre correspondant à Kinshasa, Pascal Mulegwa

La cérémonie était sobre à l’hôpital de la faculté de médecine de l’université de Kinshasa. Le président Félix Tshisekedi et son Premier ministre y étaient attendus, mais finalement ils ne s’y sont pas rendus.

Devant un parterre de journalistes et de diplomates, le médecin directeur de l’hôpital, le professeur Jean-Robert Makulo Risasi, est le premier Congolais à se faire vacciner.

« C’est un vaccin comme tous les autres vaccins. C’est une chance, avec d’autres mesures associées, pour mettre fin à cette pandémie. Pour le moment, le pays n’a pas beaucoup de cas, mais nous devons mettre tous les moyens en œuvre pour éviter la troisième vague. Il y a beaucoup plus d'avantages que d’inconvénients en se faisant vacciner. Les effets bénéfiques du vaccin sont de loin supérieurs par rapport à des effets indésirables qu'on peut rencontrer dans de rares cas », a-t-il souligné.

De son côté, le ministre sortant de la Santé, Eteni Longondo, se fait à son tour vacciné sous une tente… puis se montre encore plus rassurant, après une dizaine de minutes sous observation.

« C’est un vaccin vrai, AstraZeneca. On m’a libéré parce qu’il n’y avait pas d’effets. La vaccination est volontaire. On a beaucoup entendu parler de ce vaccin. Par rapport aux murmures et aux suspicions, il y a beaucoup plus de bénéfices dans ce vaccin que ce qu’on a entendu. Si les effets sont néfastes - je ne le souhaite pas - nous nous sommes engagés à prendre cela en charge ».

Dans les rangs des premiers bénéficiaires, figurent l’ambassadeur de l’Union européenne en RDC, Jean-Marc Châtaigner, et le coordonnateur des Affaires humanitaires des Nations unies en RDC, David McLachlan-Karr.

Le pays dispose de moins de 2 millions de doses dans le cadre du dispositif Covax (1,7 million). Pour cette première phase qui cible les provinces les plus touchées, la campagne cible les membres du personnel soignant, les personnes atteintes de comorbidité ou encore celles âgées de 55 ans révolus.

La méfiance envers le vaccin reste néanmoins vivace. Certains élus de l’opposition tout comme du pouvoir se sont même interrogés sur les réseaux sociaux sur ce qu’ils ont pour la plupart qualifié de « précipitation » alors que le pays n’a enregistré que 745 décès parmi les moins de 29 000 cas. 

J’invite la population à se faire vacciner. La vaccination est volontaire.

Eteni Longondo, ministre de la Santé

À lire aussi : RDC: campagne de vaccination et méfiance envers le vaccin AstraZeneca

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail