Côte d'Ivoire: le gouvernement suspend les inspecteurs du permis de conduire

Un accident de la route à la sortie d'Abidjan, en 2018. (Image d'illustration)
Un accident de la route à la sortie d'Abidjan, en 2018. (Image d'illustration) AFP - ISSOUF SANOGO

Les inspecteurs des examens du permis de conduire sont tous suspendus à partir de ce lundi 26 avril. La décision vient du ministère des Transports, qui souhaite assainir le processus d’obtention du permis. En attendant, ce sont des gendarmes qui feront passer les examens aux candidats. Le secteur connaît de nombreux dysfonctionnements liés à la fraude et à la corruption, alors que le pays fait face à un nombre inquiétant de victimes d’accidents de la route.

Publicité

Avec notre correspondant à Abidjan, Sidy Yansané

Vingt morts près de Ferkessédougou dans le nord le 1er avril, huit personnes calcinées après une collision le lundi de Pâques, dix décès à la suite d'un carambolage dans la commune abidjanaise d’Abobo jeudi 22 avril… et la liste est encore longue pour cette seule année.

Ces statistiques n’ont malheureusement rien de nouveau. La moyenne des accidents de la route, depuis 2018, s’élève à 12 000 par an, pour 1 400 morts. Ces chiffres, fournis par le ministère des Transports, le poussent à accélérer la réforme des examens du permis de conduire, engagée avant la pandémie de Covid-19.

Des enquêtes en cours ont mis au jour des faits de corruption et de fraude dans l’obtention du permis de conduire. Tous les inspecteurs, fonctionnaires de l’État ivoirien, affectés au service des examens théorique et pratique sont suspendus pour au moins trois mois. Ils seront remplacés par des gendarmes, le temps pour le ministre des Transports, Amadou Koné, d’assainir le secteur : « Nous avons fait des investissements sur le réseau routier ces dernières années. On a des routes de meilleure qualité. Dans ces accidents-là, il y a une part importante de cause humaine. Et il faut attaquer toutes les causes. C’est ce que nous sommes en train de faire. Donc, ce n’est pas une incrimination du permis en tant que tel mais il y a énormément de choses sur lesquelles nous avons décidé d’être intraitables. »

Le ministre des Transports, qui compte aussi réformer le contrôle technique des véhicules, ambitionne de réduire de moitié le nombre de tués sur les routes d'ici à 2025.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail