Tchad: des manifestations durement réprimées à Sarh et à Koumra

La ville de Sarh, au sud du Tchad.
La ville de Sarh, au sud du Tchad. RFI

Dans ces deux villes du sud du pays, des habitants sont descendus dans la rue pour protester contre le Conseil militaire de transition et contre la France à cause du soutien qu’elle lui a apporté. Ces manifestants souvent jeunes réclamaient le retour à l’ordre constitutionnel. Les forces de l'ordre auraient même tiré à balles réelles selon plusieurs témoignages.

Publicité

Les forces de sécurité ont employé la manière forte pour mettre un terme aux manifestations qui ont secoué Sarh , la troisième ville du pays, samedi 1er mai au matin. Selon plusieurs témoignages, elles ont tirées à balles réelles, faisant plusieurs blessés.

« C'était un concert de casseroles, c'était un tintamarre au départ, témoigne cet habitant, des manifestations pacifiques. Et juste après, la police a commencé par tirer des gaz lacrymogènes sur eux pour les disperser. Parmi la police, il y a aussi des véhicules militaires qui sont passés et là ils ont tiré à balles réelles. »

Conséquence : selon cet habitant, au moins quatre personnes ont été blessés dont une grièvement. Les manifestants souvent jeunes étaient venus protester contre le Conseil militaire de transition comme l’explique l’un des participants.

« La population est sortie pour manifester son mécontentement face au Conseil militaire mis en place et soutenu fortement par la France. Nous ne voulons pas accepter cette forfaiture, nous voulons le retour de l'ordre constitutionnel. »

Pour mettre un terme à ces actions de protestations, la police a également procédé à des arrestations, sans que l’on ne sache précisément encore combien de manifestants ont été interpellés. 

► Lire aussi : Transition au Tchad : le dilemme des Tchadiens, entre recherche de sécurité et besoin de changement

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail