Mali: les circonstances de l’enlèvement du journaliste français Olivier Dubois

Le journaliste français Olivier Dubois pris en photo le 14 septembre 2020 à Nioro au Mali.
Le journaliste français Olivier Dubois pris en photo le 14 septembre 2020 à Nioro au Mali. AFP - MICHELE CATTANI

Dans une vidéo publiée ce mercredi 5 mai sur les réseaux sociaux, le journaliste français Olivier Dubois affirme être l'otage des jihadistes du Groupe de soutien à l'Islam et aux musulmans. Comment s'est-il retrouvé là-bas ? Qui sont ses ravisseurs ? Comment le rapt a eu lieu ?  RFI revient sur les derniers instants avant l’enlèvement. Une enquête antiterroriste a été ouverte en France.

Publicité

Avant son arrivée le 8 avril à Gao, le journaliste français, Olivier Dubois avait, via un intermédiaire, échangé des lettres avec un supposé chef jihadiste qui l’attendait. Dans les missives que notre correspondant à Bamako Serge Daniel a pu consulter, il s’agissait d’un reportage. Il comptait réaliser l’interview d’Abdallah Ag Albakaye, un cadre dans la région du Groupe de soutien à l’Islam et aux musulmans.

À son arrivée à Gao, le même intermédiaire, du nom de Souleymane, l’accueille à l’aéroport. Les affaires du journaliste déposées à l’hôtel, il part au lieu du rendez-vous avec le chef jihadiste à l’intérieur de la ville de Gao. Comme convenu, il est sans son matériel de travail, ses futurs ravisseurs craignant d’être suivis.

Olivier Dubois a eu le temps de dire à Souleymane : « Si dans 45 minutes, tu n’as pas de mes nouvelles, il faut prévenir ma famille et Barkhane ». Une semaine après sa disparition, l’inquiétude s’installe. Ses proches se demandent s’il a été kidnappé ou si cette disparition est une stratégie mise en œuvre par le groupe jihadiste pour échapper à la surveillance des forces maliennes et internationales. En lien avec les autorités françaises, famille et amis choisissent de garder le secret, en attendant d’y voir plus clair. 

Il devait rencontrer un cadre d’un mouvement terroriste

Boubacar Sidiki Haïdara, ex-confrère d’Olivier Dubois au Journal du Mali

Souleymane, l’organisateur du voyage, confie à RFI : « Je suis inquiet, Olivier a été sûrement enlevé ». L’intéressé confirme lui-même l’information dans une vidéo en précisant qu’il est entre les mains du GSIM, le Groupe de soutien à l'islam et aux musulmans (ou JNIM). Depuis la diffusion de cette vidéo, forme de preuve de vie et de revendication, c’est une autre question qui se pose : par qui Olivier Dubois a-t-il été trahi ? 

Quant à Souleymane, l’intermédiaire, il est entre les mains des enquêteurs.

Une enquête antiterroriste ouverte en France 

Une enquête préliminaire pour « enlèvement en bande organisée » et « en relation avec une entreprise terroriste » a été ouverte en France, a appris mercredi l'AFP auprès du parquet national antiterroriste (Pnat), confirmant une information du Monde.  Cette enquête est classique lorsqu'un Français est enlevé à l'étranger.

Olivier n’est pas un naïf qui serait parti comme ça tête en l’air. C’est quelqu’un qui, j’en suis sûre, a calculé le risque par rapport à l’importance de ce qu’il pensait ramener et qui a pris ses responsabilités de journaliste.

Célia d’Almeida, journaliste malienne, amie d’Olivier Dubois

► À lire aussi : Mali: l'enlèvement du journaliste français Olivier Dubois confirmé dans une vidéo postée par le GSIM

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail