Tchad : le ministre de la Défense assure que la situation est «sous contrôle» dans le Kanem

Le ministre tchadien de la Défense, le général Daoud Yaya Brahim, lors d'une conférence de presse le 6 mai 2021.
Le ministre tchadien de la Défense, le général Daoud Yaya Brahim, lors d'une conférence de presse le 6 mai 2021. AFP - DJIMET WICHE

Le ministre de la Défense, Daoud Yaya Brahim, a affirmé, lors d'une conférence de presse le 6 mai 2021, que la situation est « sous total contrôle » dans le Kanem et que des opérations de ratissage sont toujours en cours. Dans cette province, des combats ont opposé les forces armées tchadiennes et les rebelles du Front pour l'alternance et la concorde au Tchad (Fact) en incursion depuis le 11 avril, jour de l'élection présidentielle.

Publicité

Avec notre correspondante à Ndjamena, Aurélie Bazzara-Kibangula

Pour sa première prise de parole depuis son retour au ministère de la Défense, le général Daoud Yaya Brahim s'est voulu rassurant. Sanglé dans son uniforme et béret bleu vissé sur la tête, il justifie la forte présence militaire dans les rues de Ndjamena depuis l'incursion des rebelles du Fact dans la province voisine du Kanem.

« La situation est calme et sous contrôle de l’État. Les militaires présents à Ndjamena aujourd’hui sont des militaires qui viennent de provinces et qui sont en train de se préparer pour repartir dans leurs unités respectives. Je rassure tous les citoyens : l’État est en mesure d’assurer la sécurité et la paix. »

Évoquant les rebelles du Fact, le ministre parle de « terroristes qui ne connaissent même pas le Tchad », ajoutant que la plupart viennent de Libye, d'Europe ou d'Arabie saoudite.

Il affirme que des opérations de ratissage sont toujours en cours dans le Kanem. « L’ennemi est en débandade. Certains ont mis des djellabas pour être dans certains villages. Je félicite les concitoyens qui les ont dénoncés et qui ont informé l’autorité de l’État sur place. Aujourd’hui, ils sont aux mains de l’État, à la gendarmerie et à Ndjamena. »

Selon la justice, 246 rebelles du Fact ont été capturés et déférés au parquet de Ndjamena.


• Le ministre dément les accusations d’exactions contre les rebelles

Dans un communiqué diffusé le 3 mai, le Fact affirme que « les soldats constitués prisonniers de guerre ont été sommairement exécutés par la milice au pouvoir », appelant le conseil des droits de l'homme de l'ONU à réagir. Des vidéos de ces présumées exécutions ont largement été diffusées sur les réseaux sociaux. « Des vidéos pour ternir l'image de l'armée », rétorque le ministre de la Défense qui apporte un démenti ferme.

Les prisonniers de guerre sont aujourd’hui pour la plupart dans les mains de la gendarmerie qui est encore dans les phase d’enquête.

Daoud Yaya Brahim, ministre tchadien de la Défense

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail