Manifestations au Tchad: retour au calme à Ndjamena après une matinée de violences

Ce 8 mai, certains manifestants à Ndjamena brandissaient des slogans anti-français.
Ce 8 mai, certains manifestants à Ndjamena brandissaient des slogans anti-français. AFP - DJIMET WICHE

Au Tchad, après une matinée de violences, le calme semble être revenu dans la capitale, Ndjamena. La coordination citoyenne Wakit Tama appelait à des marches dans tout le pays, pour protester contre les autorités de transition instaurées après la mort d’Idriss Deby, il y a presque trois semaines, à savoir le Conseil militaire de transition, dirigé par le général Mahamat Idriss Déby, fils de l’ancien président, et contre le gouvernement qu’il a nommé par décret.

Publicité

De notre envoyé spécial à Ndjamena, David Baché avec les moyens techniques de Julien Boileau

Les autorités ont officiellement interdit cette manifestation. Elles ont aussi indiqué, vendredi 7 mai, qu’elles feraient preuve de « bonne volonté » et qu’elles ne s’opposeraient pas aux marches tant qu’elles seraient pacifiques. Ce samedi matin, les marcheurs, ayant osé sortir, ont pourtant été violemment réprimés. En fin de matinée, la tension semble être retombée.

Depuis la fin de la matinée, de ce que nous avons pu voir, en circulant, la ville était calme. Les forces de sécurité sont largement déployées dans les rues, on croise d’imposantes patrouilles à bord de leurs véhicules. Policiers et militaires sont également stationnés à de nombreux endroits. Il faut dire que les marcheurs qui avaient osé sortir, ce samedi matin, ont très rapidement et très violemment été réprimés.

Il faut dire aussi que la marche, initialement prévue, ayant ainsi été empêchée, eh bien les manifestants organisent des rassemblements épars, dans leurs quartiers, ce qui rend difficile d’avoir une vision globale de manière immédiate.

Les forces de l’ordre ont tiré sur les premiers venus

Ce matin, la manifestation organisée par Wakit Tama devait partir de l’espace Fest Africa, dans le VIe arrondissement mais les forces de l’ordre ont tiré sur les premiers venus, alors que la place était encore bien vide. Des tirs à balles réelles et à bout portant, selon des participants. Le bilan provisoire communiqué par le mouvement citoyen fait état d’une dizaine de blessés, dont trois graves, et d’une quinzaine d’arrestations à Ndjamena. Une cinquantaine sur l’ensemble du territoire notamment à Ndjamena, Moundou et Doba. 

Pour le porte-parole du gouvernement, qui a réagi plus tard au micro de RFI, les forces de police et l’armée ont dû intervenir parce qu’elles y ont été contraintes par l’attitude des organisateurs de la marche.

Leur refus de collaborer démontre un autre agenda de leur part et ces manifestations se sont faites à plusieurs endroits précis [...] Au nom du gouvernement, je peux vous dire une chose : les manifestations sont permises à la seule et unique condition, qu'on se conforme à la loi

Abderaman Koulamallah, ministre de la Communication

D’autres rassemblements ont été signalés, par les cadres de Wakit Tama, dans les quartiers de Wallia, Atrone ou encore du côté de l’Université du roi Fayçal. La police y aurait violemment dispersé les marcheurs. Les journalistes de RFI ont également reçu des tirs de lacrymogène dans les jambes, leur chauffeur a été frappé par les policiers. Ils ont été brièvement interpellés par des policiers et par des militaires et leur matériel saisi. Le matériel a été récupéré mais les enregistrements ont été effacés.

Les leaders de la coalition citoyenne Wakit Tama parlent de « traquenard »...

Reportage auprès des manifestants à Ndjamena

Plusieurs arrestations à Moundou

À Moundou, la capitale de la province du Logone occidental, on a également répondu à l'appel du mouvement Wakit Tama. Là aussi, les manifestants se sont heurtés aux forces de sécurité qui ont réprimé leur rassemblement et procédé à de nombreuse arrestations. Joint par RFI, Aubin (nom d’emprunt) a participé à cette manifestation. Il nous raconte comment cela s'est passé.

« Très tôt le matin, on s’est réuni au rond-point avec les banderoles.  Les mots qui nous tiennent à cœur: « Non au coup d’Etat militaire du CNT » ; « Non à la confiscation du pouvoir » ; « Non à l’ingérence française ». Quand on a commencé à manifester, il y a des forces de l’ordre qui ont apparu. On leur a fait comprendre que la manifestation, aujourd’hui, était pacifique et ils nous ont compris. Ils nous ont encadrés et la manifestation s’est déroulée dans la sérénité, et dans le calme. Arrivé à un moment, le préfet a fait son apparition et il a ordonné aux policiers de nous saccager, en lançant des gazes lacrymogènes. Il y treize personnes arrêtées, deux personnes blessées. On dénonce cette attitude-là. Elle ne nous honore pas parce que quand on n’aime pas les reproches, le pays ne peut pas se développer. Laissez au moins les gens manifester pour dire ce qui leur tient à cœur ».

À lire aussi: Tchad: dégradation de la situation autour des rassemblements contre les autorités

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail