Les milices islamistes mettent la pression sur le gouvernement Dbeibah

Le chef du gouvernement libyen Abdel Hamid Dbeibah le 15 avril 2021 à Moscou.
Le chef du gouvernement libyen Abdel Hamid Dbeibah le 15 avril 2021 à Moscou. via REUTERS - POOL

En Libye, les chefs de guerre qui forment un pouvoir parallèle très puissant à l'ouest libyen exercent depuis plus d'une semaine des pressions sur le nouvel exécutif. Ils veulent intervenir dans les choix et les décisions du gouvernement d'Abdel Hamid Dbeibah, comme cela a été le cas avec l'ancien gouvernement Sarraj.

Publicité

Cela fait une semaine que les milices soutenues par les partis islamistes à Tripoli protestent contre les déclarations de la ministre des Affaires étrangères Najla al-Mangoush. Elle a demandé le départ de tous les mercenaires et forces étrangères, y compris les Turcs.

Une déclaration qui déplait aux islamistes libyens alliés d'Ankara. Des menaces ont été proférées à son encontre et les appels à sa démission se sont multipliés depuis. Najla al-Mangoush est originaire de Benghazi et les milices de Tripoli l'accusent d'être pro-Khalifa Haftar.

Dans la nuit de vendredi à samedi, c'est une autre démonstration de force qu'ont exercée ces milices. Elles se sont rassemblées, armes à la main, devant l'hôtel Corinthia, lieu de réunion du Conseil présidentiel. Elles protestaient ainsi contre la nomination de Hussein al-Aeb à la tête du service du renseignement à la place d'Imad Trabelsi, nommé lui par l'ancien Premier ministre. Le nouveau chef du renseignement était un responsable au ministère de l'Intérieur du régime Kadhafi.

Le gouvernement Dbeibah fait donc face à une nouvelle épreuve et les islamistes accentuent leur pression pour peser davantage sur la décision politique.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail