Ouganda: Yoweri Museveni vante son bilan lors de l'investiture pour son 6e mandat

Le président ougandais Yoweri Museveni lors de sa cérémonie d'investiture, ce 12 mai 2021 à Kampala.
Le président ougandais Yoweri Museveni lors de sa cérémonie d'investiture, ce 12 mai 2021 à Kampala. © BADRU KATUMBA/AFP

Élu en janvier dernier avec plus de 58% des voix pour un sixième mandat - 35 ans de pouvoir déjà - le président ougandais Yoweri Museveni a prêté serment ce mercredi 12 mai au matin. Et ce, quatre mois après des élections générales contestées, notamment par son rival Bobi Wine.

Publicité

Avec notre correspondante à Kampala, Lucie Mouillaud

Pendant plus d'une heure, le chef de l’État Yoweri Museveni s’est adressé à la foule installée au parc de l’Indépendance dans le centre de Kampala vantant le bilan économique de ses 35 ans passés à la tête du pays. Ce matin, le président réélu a prêté serment en assurant la préservation et la protection de la Constitution devant les 4 000 invités présents dans les gradins. Ce nombre est bien supérieur à la limite de 200 personnes fixée pour tout rassemblement afin d’éviter la propagation du Covid-19.

Yoweri Museveni promet de promouvoir la prospérité de tous les Ougandais pendant ce sixième mandat qui l’amènera au pouvoir jusqu’en 2026. Pour ces cinq prochaines années, le président réélu promeut la continuité, défendant son idée du panafricanisme et affirmant prioriser le développement économique de l’Ouganda et notamment l’augmentation des exportations.

« Les élections sont terminées, nous devons maintenant retourner travailler, dans les quatre secteurs qui apportent qui recrutent et qui apportent de la prospérité, qui sont l’agriculture commerciale, l’industrie, les services et les nouvelles technologies. Avec vos économies, ou en empruntant, ou grâce au soutien du gouvernement, vous devriez vous saisir d’un ou de plusieurs de ces secteurs », a déclaré Yoweri Museveni.

M. Museveni a montré qu’il souhaitait qu’un membre de sa famille prenne le relais. On pense en général à son fil et/ou sa femme.

Joseph Ochieno, analyste politique et politicien ougandais

Parmi les priorités citées dans son discours d’investiture, le projet contesté de l’exploitation des réserves pétrolières de l’ouest du pays et de la construction d’un oléoduc jusqu’au port de Tanga en Tanzanie.

Mais le président a également eu un mot pour les victimes de la crise économique liée à la pandémie de Covid-19, promettant des aides pour les milieux les plus affectés.

« La pandémie de Covid-19 a gravement impacté certains secteurs, notamment les hôtels, la culture, les motos-taxis, le sport et bien d’autres. Donc cette année financière et la suivante, nous avons réservé environ 130 millions de dollars pour aider ces groupes dès que les restrictions seront levées », a-t-il annoncé.

La croissance économique s’est contractée à 1,1% en 2020. Selon le chef de l’État, les restrictions contre la propagation du Covid-19 seront levées quand 4,8 millions de personnes seront vaccinées dans le pays

Célébration pour Museveni, jeûne et prière pour Wine

Les forces de l’ordre ont été mises à l’honneur pendant la cérémonie. Les différents corps de l’armée ont défilé pendant une grande partie de l’évènement devant le chef de l’État et les invités. Dans les gradins, ils étaient nombreux à s’être habillés en jaune de la couleur du parti présidentiel.

Parmi les invités d’honneur, dix chefs d’État africains, dont le président kényan Uhuru Kenyatta, le président de la République démocratique du Congo Félix Tshisekedi ou encore la nouvelle présidente tanzanienne Samia Suluhu Hassan.

La cérémonie était placée sous haute sécurité alors que l’opposition rejette toujours les résultats de l’élection. Le principal opposant Bobi Wine a refusé d’assister à l’investiture et à la place, son parti appelle à respecter une journée de prière et de jeûne pour l’Ouganda.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail