Tensions en Méditerranée entre gardes-côtes libyens et pêcheurs italiens

Le bateau de pêche Aliseo escorté par les gardes-côtes italiens, ce 8 mai 2021.
Le bateau de pêche Aliseo escorté par les gardes-côtes italiens, ce 8 mai 2021. © Roberto Rubino/AP

Depuis la semaine dernière, l'Italie exprime sa colère contre la Libye. Des pêcheurs accusés d'avoir violé l'espace maritime disent avoir été attaqués a balle réelle par des gardes-cotes libyens. Malgré le courroux italien, l'ambassadeur libyen à Rome estime que cet incident n'aura pas de conséquences sur les relations entre les deux pays.

Publicité

Le jeudi 6 mai, l'Italie dénonce une attitude inadéquate de la part des garde-côtes libyens, demandant aux pécheurs italiens de ne pas s'approcher d'une zone qualifiée de « dangereuse ».

Les garde-côtes libyens, eux, ne réagissent que ce dimanche 9 mai en précisant qu'ils ont seulement fait des tirs de sommation. Ils dénoncent alors une « incursion illégale », et une « violation répétée » des bateaux de pêche italiens, dans les eaux territoriales libyennes.

Désaccord sur les eaux territoriales

La version italienne des faits est différente. Selon le maire de Mazzara en Sicile, d'où venait le bateau impliqué, le capitaine a été blessé à la main et la cabine porte des traces de balles. Le bateau italien se trouvait lors de l'incident à une trentaine de milles des côtes libyennes. La loi maritime de l'ONU définit les eaux territoriales de chaque pays à 12 miles marins. Les Libyens considèrent depuis 2005 que leurs eaux territoriales s'étendent à 30 miles.

Selon le ministre italien de la Défense, les frégates militaires ont eu à intervenir deux fois en une semaine pour défendre leurs pêcheurs. La dernière, ce lundi 10 mai quand un bateau de pêche italien a été pris en chasse par plusieurs embarcations turques au large de Chypre.

►À lire aussi : Migrants: un nouveau drame en Méditerranée souligne l'inaction étatique

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail