Afrique du Sud: la suspension du secrétaire général de l'ANC prend une tournure judiciaire

Ace Magashule,le secrétaire général de l'ANC est en conflit avec la direction du parti et plus particulièrement son président, Cyril Ramaphosa. (image d'illustration)
Ace Magashule,le secrétaire général de l'ANC est en conflit avec la direction du parti et plus particulièrement son président, Cyril Ramaphosa. (image d'illustration) REUTERS - SIPHIWE SIBEKO

Ace Magashule conteste sa mise à l'écart du parti devant la justice. Elle a été prononcée par son parti qui entend prendre ses distances avec son secrétaire général inculpé pour des faits de corruption. Avec la possibilité de récupérer son fauteuil en cas de blanchiment à l'issue de son procès. Mais pour Ace Magashule, il est hors de question d'accepter cette suspension. Il poursuit sa contre-attaque et règle ses comptes avec le président Ramaphosa.

Publicité

Avec notre correspondant à Johannesburg, Romain Chanson

Le président Cyril Ramaphosa ne subit pas seulement l'indiscipline de son secrétaire général, il doit en esquiver les attaques.

Premier acte : l'ANC envoi une lettre de suspension à Ace Magashule. En réponse, Ace Magashule suspend le président Cyril Ramaphosa. Deuxième acte : l'ANC demande à Ace Magashule de s'excuser publiquement pour avoir tenté de suspendre son président. Refus catégorique et contre-attaque : Ace Magashule demande à la justice de valider la suspension du président Ramaphosa.

Ace Magashule veut entraîner le président Ramaphosa dans sa chute, il dénonce une purge pour paver la voie à sa réélection lors du prochain congrès de l'ANC. Dans un communiqué lapidaire, le parti prend soin de ne pas sur-réagir. Il dit prendre note de ce rebondissement judiciaire et prépare une réponse pour lundi.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail