Mali: un premier jour de grève générale largement suivi

La Bourse du travail de Bamako. (Photo d'illustration)
La Bourse du travail de Bamako. (Photo d'illustration) RFI

Au Mali, le premier jour de grève a été largement suivi, ce lundi 17 mai, alors que des consultations sont en cours pour la formation d’un nouveau gouvernement. Le mot d’ordre de grève a été lancé par la principale centrale syndicale du pays, l’Union nationale des travailleurs du Mali (UNTM). Parmi les revendications figure l’harmonisation des salaires et des primes des travailleurs.

Publicité

Avec notre correspondant à Bamako, Serge Daniel

Ce lundi, l’Administration malienne a fonctionné quasiment comme un jour férié. Les bureaux du service public étaient déserts, notamment à la cité administrative de la capitale qui regroupe la plupart des ministères.

Dans des quartiers situés à l’est de Bamako, de très nombreux fonctionnaires ont préféré s’occuper de l’entretien de leurs véhicules que d’aller au travail.

Pour cette première journée de grève qui doit durer quatre jours, les banques sont restées fermées. Pas de transactions financières officielles effectuées. À l’intérieur du pays, la grève a été également largement suivie, mais comme dans la capitale, le service minimum a été respecté.

Selon un responsable du ministère malien des Finances et de l’économie, Il faut environ 100 milliards de francs CFA par an pour répondre aux revendications des travailleurs grévistes. Ils réclament notamment l’harmonisation des salaires et des primes des fonctionnaires. L’Etat, pour qui il n’y a pas de cagnotte, est quand même en train de gratter le fond de la caisse pour réunir ce qu’il faut. Mais l’idéal, ajoute t-on côté officiel, est d’obtenir des syndicats, qui menacent de déclencher bientôt une grève illimité, un moratoire. 

De bonnes volontés interviennent pour apaiser la situation. Après lerReprésentant de la Cédéao à Bamako Hamidou Boly et la Mission de l’ONU sur place, des chefs religieux ont décidé à leur tour d’aller à la rencontre des responsables des syndicats afin de les appeler à la patience. A la patience, mais également à l’Etat de faire rapidement un geste.

En attendant le pays entame ce mardi, son second jour de grève. Et les responsables de l’Union nationale des Travailleurs du Mali (UNTM) espère obtenir le même photo que premier jour.

À lire aussi: Mali: grève des travailleurs après l’échec des négociations entre gouvernement et UNTM

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail