L'Éthiopie met un terme au monopole d’État sur le secteur des télécoms

Des habitants d'Addis Abeba passent devant les locaux de la compagnie publique Ethio Telecom (image d'illustration)
Des habitants d'Addis Abeba passent devant les locaux de la compagnie publique Ethio Telecom (image d'illustration) AFP - EDUARDO SOTERAS

Le gouvernement éthiopien a attribué une licence à un consortium conduit par le kényan Safaricom, qui comprend également le britannique Vodafone et le sud-africain Vodacom. 

Publicité

Cette ouverture du marché des télécoms est une opération bénéfique pour l’Éthiopie en termes financiers, pour l’emploi et l'investissement. Le consortium Safaricom déboursera 850 millions de dollars pour sa licence, une aubaine pour les caisses de l'État.

Selon le ministère des Finances, le consortium apportera quelques 8,5 millions dollars d’investissement et permettra la fourniture des services internet de 4G et 5G. L’État prévoyait d’attribuer deux autres licences, mais l’opération a échoué en raison du désistement de plusieurs groupes qui avaient initialement exprimé leur intérêt, dont le français Orange. 

Toutefois, la volonté du gouvernement éthiopien d’ouvrir le marché intérieur des télécoms ne s’arrête pas là. Une deuxième licence serait prochainement proposée et la compagnie publique Ethio Telecom compte vendre une part de son capital afin de rendre l'entreprise plus rentable.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail