Sénégal: polémique après l’achat d’un nouvel avion présidentiel

Le président sénégalais Macky Sall.
Le président sénégalais Macky Sall. © AFP / Lionel Mandeix

L’achat d’un Airbus « A320 Néo » neuf, qui devrait être réceptionné le 16 juillet prochain, ne passe pas inaperçu. L’opposition et la société civile demandent des comptes, le gouvernement tente de s'expliquer.

Publicité

Avec notre correspondante à Dakar, Charlotte Idrac

« Il était temps de remplacer l’A319 de la présidence », selon le ministre porte-parole du gouvernement. Un appareil acquis en seconde main en novembre 2010 et mis en service en mars 2011. Après deux décennies d’opérations, l’avion présidentiel baptisé la Pointe Sarène « est devenu vétuste », justifie Oumar Guèye dans un communiqué, « nécessitant de fréquentes et onéreuses visites techniques, et par conséquent de longues périodes d’immobilisation », donc des dépenses de locations d’aéronefs pour assurer les missions présidentielles.

Quid du coût ? Le porte-parole du gouvernement s’est retranché derrière le secret défense, pour des « raisons de sécurité ». Mais le prix catalogue est estimé à 110 millions de dollars, environ 59 milliards de francs CFA.

Ce qui fait bondir -entre autres- le collectif Nio Lank. « Le président a un problème de priorités, au moment où le pays manque de tout, eau, électricité, infrastructures sanitaires », dénonce le mouvement. Même critique de la part de l’ancien Premier ministre Abdoul Mbaye. Pour lui, « le prix de l’avion de Macky Sall suffit pour remplacer tous les abris provisoires en salles de classe. »

De son côté, le gouvernement précise simplement que le contrat d’achat a été signé en juin 2019. « Le paiement a été effectué en échéances, et la dernière est prévue à la date de livraison. »

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail