France/Afrique du Sud: possible réouverture des archives du dossier Dulcie September

Une photo Dulcie September, militante sud-africaine abattue dans les bureaux de l'ANC, à Paris, le 29 mars 1988.
Une photo Dulcie September, militante sud-africaine abattue dans les bureaux de l'ANC, à Paris, le 29 mars 1988. ©PIERRE VERDY/AFP

Elle a été abattue à Paris de 5 balles tirée à bout portant, le 29 mars 1988. Dulcie September, militante de l'ANC, le mouvement de Nelson Mandela, enquêtait à l'époque sur les ventes d'armes françaises à l'Afrique du Sud, en plein apartheid et en violation de l'embargo international.

Publicité

Le régime sud-africain est soupçonné du meurtre, mais la justice française a classé l'affaire sans suite.

Ce samedi 29 décembre, le président de la fondation Nelson Mandela, Sello Hartang a profité de la visite d'Emmanuel Macron pour l'interpeller à ce sujet.

Voici la petite exposition que nous avons fait sur la vie de Dulcie September, qui comme vous le savez, a été tuée en France. Nous avons écrit au gouvernement français au nom de la Fondation Nelson Mandela, pour que le gouvernement rouvre le dossier de son assassinat. Nous avons écrit il y a 3 ou 4 mois, mais on ne nous a pas encore répondu.

« Nous allons regarder ça », a répondu Emmanuel Macron. Dans l'entourage du président français, on confirme qu'une demande a été faite pour rouvrir certaines archives du dossier judiciaire, et que la demande va être examinée, sans s'engager plus avant. 

Le procureur général de Paris, en janvier 2020, avait annoncé par décision administrative le refus de la réouverture du dossier sur l'assassinat de l'opposante au régime d'apartheid.

► À ré-écouter: Afrique du Sud/France: « Pourquoi Dulcie September a été tuée et qui l’a tuée? »

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail