Bénin: la France s'engage pour la restauration de palais royaux et la construction d'un musée

Le musée de l’épopée des Amazones et des rois du Dahomey va sortir de terre, toujours à Abomey, pour accueillir les 26 œuvres (notre photo) pillées dans le palais royal du roi Gbèhanzin en 1892.
Le musée de l’épopée des Amazones et des rois du Dahomey va sortir de terre, toujours à Abomey, pour accueillir les 26 œuvres (notre photo) pillées dans le palais royal du roi Gbèhanzin en 1892. REUTERS/Philippe Wojazer

L’Agence française de développement (AFD) va apporter 35 millions d’euros, soit près de 23 milliards de francs CFA, pour la réhabilitation des célèbres palais royaux d’Abomey et pour la construction d’un nouveau musée aux normes internationales prévu pour accueillir les 26 œuvres que la France s'apprête à restituer au Bénin fin 2021.  

Publicité

Avec notre correspondant à Cotonou, Jean-Luc Aplogan

Sur les 35 millions d'euros d'argent frais injectés par l'Agence française pour le développement, il y a 10 millions de dons et un crédit de 25 millions à taux préférentiel. Cet argent financera deux choses : un tiers environ sera consacré à la formation et à la mise en fonction. Le reste servira à la réhabilitation des palais des rois Ghezo, Glele Gbehanzin, Agoli-Agbo. Tous d’Abomey, ils ont régné au 18e et 19e siècle.  

Ces quatre palais sont assez dégradés, reconnaît Alain Godonou, le directeur du programme « Musées » à l'Agence nationale béninoise de promotion des patrimoines et de développement du tourisme (ANPT).  

Un nouveau musée pour accueillir les 26 œuvres restituées par la France

En plus de cette restauration, le musée de l’épopée des Amazones et des rois du Dahomey va sortir de terre, toujours à Abomey. Un nouveau musée aux normes internationales. C’est là en effet que les 26 œuvres pillées dans le palais royal du roi Gbèhanzin en 1892 vont atterrir après une exposition provisoire au fort portugais de Ouidah. 

►À écouter aussi : Restitution d'œuvres : « Je suis frappé par l'ambition et le sérieux du Bénin dans cette affaire »

Des équipes mixtes travaillent sur le projet. En plus des experts béninois, il y a un expert français en résidence, des cabinets français de scénographie et de muséographie. Les deux architectes en charge des travaux, un Béninois et une Franco-Camerounaise promettent une livraison pour 2023. Il peut y avoir une petite rallonge parce que les palais à réhabiliter sont classés au patrimoine mondial de l’Unesco, ce qui implique quelques contraintes, disent les spécialistes.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail