Le nord-ouest du Nigeria frappé par une nouvelle attaque meurtrière

Des effectifs de police ont été déployés dans la région pour prévenir de nouvelles attaques (illustration).
Des effectifs de police ont été déployés dans la région pour prévenir de nouvelles attaques (illustration). AFP

Au Nigeria, l'attaque lancée jeudi par une horde de voleurs de bétail contre plusieurs villages de l'État de Kebbi, dans le nord-ouest du pays, a été revu à la hausse : il est passé de 66 à 88 morts.

Publicité

Avec notre correspondante à Lagos, Liza Fabbian

Huit villages du district de Danko Wasagu ont été attaqués jeudi par des hommes à moto qui ont massacré la population. Le bilan initial de 66 morts s'est alourdi. La police de l’État de Kebbi fait désormais état de 88 victimes, alors que de nombreux habitants restent portés disparus.

Le nord-ouest du Nigeria est devenu ces derniers mois une véritable zone de non-droit. Des centaines de gangs locaux sont établis dans les États de Zamfara, Niger ou Katsina, d’où ils conduisent leurs raids pour capturer du bétail, piller des camions ou procéder à des kidnappings. La semaine dernière encore, de très nombreux enfants – 200 peut-être – étaient kidnappés dans une école coranique de l’État de Niger.

Selon les analystes, certains des hommes et des armes qui circulent dans cette région viendraient directement du Niger dont la frontière est proche. Des effectifs de police ont été déployés dans la région pour prévenir de nouvelles attaques, alors que les habitants des villages visés jeudi dernier ont pour la plupart pris la fuite.

À lire aussi : Dans le nord-ouest du Nigeria, des protestations contre l'insécurité permanente

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail