Tchad : le défenseur des droits humains Baradine Berdei Targuio libéré de prison

Soldats tchadiens devant le tribunal de Ndjamena (image d'illustration).
Soldats tchadiens devant le tribunal de Ndjamena (image d'illustration). Thomas SAMSON/Gamma-Rapho via Getty Images

Baradine Berdei Targuio a été libéré le 10 juin après un an et demi de prison. Le président de l'Organisation tchadienne des droits humaines (OTDH) avait été condamné à trois ans de prison ferme par la Cour criminelle le 18 février 2021, ainsi qu'au paiement d'une amende pour « atteinte à l'ordre constitutionnel. »

Publicité

Avec notre correspondante à Ndjamena, Aurélie Bazzara-Kibangula

« C'est un soulagement », confie son cousin qui est allé chercher Baradine Berdei Targuio à sa sortie de la maison d'arrêt, précisant qu'il se porte bien. Les visiteurs étaient nombreux à la maison familiale pour accueillir le défenseur des droits de l'homme. Tous attendaient sa libération depuis un an et demi.

Baradine Berdeï Targuio a été arrêté à son domicile le 24 janvier 2020, pour avoir publié sur les réseaux sociaux, via son compte privé, un message évoquant l'état de santé du président Idriss Déby. Le militant est accusé de cybercriminalité et de détention d’armes par les autorités. Ses avocats dénoncent une arrestation arbitraire.

Maître Max Loalgnar se réjouit aujourd’hui de la libération de son client qui, dit-il, a été condamné à tort à trois ans de prison ferme. L'avocat attend d'en savoir plus sur les raisons de sa libération. Car, rappelle-t-il, le dossier est toujours en cours. Un pourvoi en cassation a été déposé.

La libération de Baradine Berdei Targuio est considéré comme un premier pas vers une transition apaisée. Des appels ont été lancés par la société civile pour libérer tous les prisonniers d'opinion au Tchad.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail