Rwanda: Antoine Anfré, nouvel ambassadeur de France à Kigali

Le président rwandais, Paul Kagame, et son homologue français, Emmanuel Macron, à Kigali, le 27 mai 2021.
Le président rwandais, Paul Kagame, et son homologue français, Emmanuel Macron, à Kigali, le 27 mai 2021. REUTERS - JEAN BIZIMANA

C'est une confirmation, signe supplémentaire que les relations s'améliorent entre la France et le Rwanda. Alors que Paris n'avait plus d'ambassadeur à Kigali, le Conseil des ministres rwandais a validé l'accréditation du diplomate proposé par Paris : Antoine Anfré, un bon connaisseur du continent.

Publicité

Nouveau représentant de la France à Kigali, Antoine Anfré, 58 ans, est un familier des dossiers africains. Ancien ambassadeur de France au Niger, il connaît aussi la région des Grands Lacs et particulièrement le Rwanda. Il a été premier secrétaire de l’ambassadeur de France à Kampala entre 1987 et 1991, juste après la prise de pouvoir de l’Ougandais Yoweri Museveni, à l’époque soutenu militairement par le Rwandais Paul Kagame et ses hommes.

Ce diplomate français de 58 ans est donc en Ouganda au moment de la création du Front patriotique rwandais, aujourd’hui au pouvoir à Kigali. Son nom apparaît même dans le rapport Duclert, du nom du responsable de la commission d'historiens mandatée par Emmanuel Macron pour travailler sur le rôle de la France pendant et avant le génocide. Un rapport qui établit « la responsabilité lourde et écrasante de la France » dans le génocide des Tutsis en 1994.

Sa feuille de route me paraît claire : il s’agit d’apurer le passé et le passif bilatéral entre Paris et Kigali, mettre en musique les promesses de ruptures d’Emmanuel Macron en la matière. Il va devoir veiller également à des enjeux régionaux. Et puis enfin, en matière d’économie, contribuer à cet effort voulu par Emmanuel macron de sortir du défunt pré-carré francophone pour investir plus à l’Est.

Vincent Hugeux, journaliste, ex-grand reporter à l’Express et spécialiste de l’Afrique

À écouter aussiPour Vincent Duclert, «c'est un grand pas en avant qui est réalisé» au Rwanda

Antoine Anfré y est cité pour avoir alerté les autorités françaises de l'époque sur les risques de violences au Rwanda dans les années 1990. En 1991, il devient en effet « rédacteur Rwanda » au ministère français des Affaires étrangères, mais sera, selon la commission Duclert, contraint de quitter ce poste et la direction Afrique.

Deux de ses « notes personnelles » rédigées cette année-là sont très critiques à l’égard du président Habyarimana, à l’époque soutenu par l’Élysée. Antoine Anfré y dénonce notamment les dérives ethniques et son refus de voir les réfugiés tutsis rentrer au pays, tout en insistant sur le « droit de tout individu à une citoyenneté et une patrie ». Le rédacteur Rwanda affirme alors entre autres que Juvenal Habyarimana est méprisé par ses homologues de la région.

Dernier ambassadeur de France en poste, Michel Flesch a quitté Kigali en septembre 2015. Depuis lors, les intérêts français étaient gérés par un chargé d'affaires. Jérémie Blin, chargé d'affaires en poste actuellement, a pris ses fonctions en juillet 2019, avec pour mission d'accélérer le processus de rapprochement avec Kigali.

À lire aussi France/Rwanda: le rapprochement se poursuit entre Paris et Kigali

Enfin, la visite du président français à Kigali le mois dernier est venue mettre un terme à plus de 25 ans de relations parfois très fraîches entre la France et le Rwanda. Une réconciliation dont la nomination du nouvel ambassadeur est une pierre supplémentaire et évidemment très symbolique.

Il y a deux contentieux (entre Paris et Kigali) qui m’apparaissent évidents. D’abord il reste sur le plan judiciaire des désaccords profonds. On peut citer le cas de la veuve de l’ex-président Habyarimana, il y a le cas de ce prêtre franco-rwandais Marcel Hitayezu qui vit en Charente-Maritime. (…) Et enfin autre contentieux, le non-lieu qui a été demandé par le parquet de Paris sur l’enquête relative à l’inaction de l’armée française à la fin du mois de juin dans la région de Bisesero.

Vincent Hugeux, journaliste, ex-grand reporter à l’Express et spécialiste de l’Afrique

►  À lire aussi Emmanuel Macron au Rwanda: des «mots qui ont plus de valeur que des excuses» pour Paul Kagame

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail