Côte d'Ivoire: le FPI appelle à fêter le retour de Laurent Gbagbo dans un esprit de réconciliation

Après dix ans d'absence, l'ex-président Laurent Gbagbo doit rentrer en Côte d'Ivoire le 17 juin.
Après dix ans d'absence, l'ex-président Laurent Gbagbo doit rentrer en Côte d'Ivoire le 17 juin. AFP - SIA KAMBOU

Le Front populaire ivoirien pro-Gbagbo a encore confirmé lundi l'arrivée de Laurent Gbagbo en Côte d'Ivoire dans l'après-midi du 17 juin. Sa formation, qui ne parle plus d'accueil triomphal, a salué l'annonce d'après laquelle elle pourra disposer du pavillon présidentiel de l'aéroport pour accueillir l'ancien président.

Publicité

« Le président Alassane Ouattara a décidé de donner le pavillon présidentiel pour accueillir le président Laurent Gbagbo », a déclaré le secrétaire général du Front populaire ivoirien (FPI) pro-Gbagbo Assoua Adou, lors d'une conférence de presse lundi. Il a salué « un message fort » et remercié « solennellement » Alassane Ouattara « pour ce geste » en faveur de la réconciliation nationale. 

L'ex-président ivoirien sera de retour dans son pays par un vol régulier en provenance de Bruxelles qui doit atterrir à 15h45 (heure locale et TU) à l'aéroport international d'Abidjan, a rappelé Assoa Adou.

Si le secrétaire général du FPI-GOR ne parle plus d'accueil triomphal à l'aéroport, il veut mettre en avant l'esprit de réconciliation qui doit animer les militants. « Ce monsieur arrive et avant d’arriver, il nous dit : menez une campagne nationale pour la réconciliation nationale, parce que la Côte d’Ivoire doit se retrouver, les enfants du pays doivent se retrouver, a déclaré Assoa Adou. Nous devons aller sur la voie du progrès et de la réconciliation. Donc, je demande à tous ces sympathisants d’être dans cet esprit, de ne pas  répondre aux provocations – parce qu’ils vont nous provoquer –, d’éviter les provocations, de ne pas répondre aux injures et de dire à tous ceux qui manifestent pour dire qu’ils ne sont pas contents : l’essentiel, c’est de se retrouver pour reconstruire un pays en pays, un pays de fraternité comme le dit notre hymne national. »

L'actuel président ivoirien a autorisé son ancien rival à rentrer en Côte d'Ivoire après son acquittement de crimes contre l'humanité par la Cour pénale internationale de La Haye, fin mars.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Suivez toute l'actualité internationale en téléchargeant l'application RFI