Félix Tshisekedi rencontre Yoweri Museveni à la frontière entre la RDC et l'Ouganda

Le président congolais Félix Tshisekedi a rencontré son homologue ougandais à Mpondwe, le 16 juin 2021 (image d'archive).
Le président congolais Félix Tshisekedi a rencontré son homologue ougandais à Mpondwe, le 16 juin 2021 (image d'archive). AP - Jerome Delay

Les présidents congolais et ougandais Félix Tshisekedi et Yoweri Museveni se sont rencontrés à la frontière entre la RDC et l’Ouganda, ce mercredi 16 juin. Une rencontre à fort enjeu économique, mais aussi sécuritaire. Les deux chefs d'État lancent les travaux de rénovation des routes qui relient les deux pays. 

Publicité

Avec notre envoyé spécial à Mpondwe, Patient Ligodi

La cérémonie s'est déroulée à Mpondwe, à la frontière, côté ougandais. Le président ougandais Yoweri Museveni est sur place depuis mercredi 16 juin en fin de la matinée. Félix Tshisekedi est lui arrivé un peu plus tard par hélicoptère. Il a échangé avec son homologue ougandais sous une tente pendant une heure environ.

La seconde partie de la cérémonie se tiendra à Kasindi pour la pose de la première pierre à Mpondwe, l’un des trois postes frontières les plus actifs entre l’Ouganda et la République démocratique du Congo. D’ailleurs, en termes de volume d’échange, Mpondwe est séparée de Kasindi en RDC par la rivière Lubiriha.

C’est le président ougandais Yoweri Museveni qui a eu l’idée de lancer la rénovation de ces axes routiers et Félix Tshisekedi apprécie : « Au lieu de construire des murs entre nous, il vaut mieux construire des ponts et cette initiative est vraiment un exemple de ce que nous devons multiplier comme échanges entre nos peux et entre nos peuples », a-t-il dit.

De son côté, le président ougandais a remercié son homologue congolais pour son attitude et vanté les vertus de l’intégration sous-régionale : « Nous ne pouvons pas parler de la communauté économique de l’Afrique de l’Est sans parler du Congo. Tout ce que nous voyons ici fait partie de l’Afrique de l’Est depuis des temps immémoriaux. Je suis content d’être devant vous pour ce projet. »

Le premier axe routier qui sera rénové relie Mpondwe en Ouganda à Beni, en RDC. Un tronçon long de 84 kilomètres. Le deuxième axe s’étend de Beni à Butembo sur 54 kilomètres. 

Un peu plus au nord, le dernier tronçon s’étend sur 94 kilomètres et part du poste-frontière de Bunagana à la ville de Goma en passant par la cité de Rutshuru. 

Le financement de ce projet se fera dans le cadre d’un partenariat public-privé qui implique l’intervention d’une société indienne basée en Ouganda qui prendra en charge le financement de 60% des travaux, 20% étant à la charge de la RDC et 20% autres de l’Ouganda.

Échanges commerciaux

Le plus important est que l’Ouganda tient beaucoup à ce projet de rénovation de route qui permettra à ses produits commerciaux d’atteindre des grandes villes congolaises.

L’Ouganda exporte notamment les matériaux de construction et les produits manufacturés vers l’est de la RDC. Pour sa part, la RDC exporte les produits agricoles dont le thé, le café, le cacao. Il y a aussi les bois, mais souvent dans un circuit informel. Ce projet a été initié depuis 2019. Il a connu un coup d’accélérateur en mai 2021 avec la signature des accords politiques et techniques entre les deux pays.

L’autre intérêt de la rénovation de cette route est d’ordre sécuritaire, particulièrement sur l’axe Kasindi-Beni où des embuscades sont tendues par des combattants ADF contre les véhicules et les mots appartenant aux commerçants.

Après leur entretien en tête-à-tête, les deux présidents ont ensuite ouvert le cercle de discussion aux chefs d’état-major général des armées de deux pays pour faire le point de la coopération militaire particulièrement dans la lutte contre l’ADF, mouvement armé originaire de l’Ouganda qui sévit dans le territoire de Beni et dans une partie de la province de l’Ituri.

La coopération militaire continue

Pour cette mission, c’est quasiment tous les responsables des services sécuritaires congolais qui ont fait le déplacement de Mpondwe parmi lesquels le ministre de la Défense, le chef d’état-major général de l’armée congolaise, le gouverneur militaire du Nord-Kivu, le n°1 de l’Agence nationale de renseignements et le conseiller spécial de Félix Tshisekedi en matière de sécurité.

Avant cette rencontre, plusieurs réunions entre les délégués de deux armées s’étaient tenues à Beni, à Kasindi ou sur le territoire ougandais.

Officiellement, les opérations militaires conjointes ne sont pas encore envisagées. Les échanges des renseignements eux continuent. La coopération militaire entre les deux pays a permis ces derniers mois d’arrêter en Ouganda et en RDC plusieurs dizaines de collaborateurs des combattants ADF. Certains parmi eux ont été transférés à Kinshasa.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail