L'Éthiopie rejette la commission d’enquête de la Commission africaine sur le Tigré

Centre de déplacés situé dans l’école primaire Mayweli, à Mekele, la capitale de la région éthiopienne du Tigré. A ouvert car le camp de l’école secondaire était saturé. Mai 2021.
Centre de déplacés situé dans l’école primaire Mayweli, à Mekele, la capitale de la région éthiopienne du Tigré. A ouvert car le camp de l’école secondaire était saturé. Mai 2021. © RFI / Sébastien Németh

À peine lancée par la Commission africaine des droits de l’homme et des peuples, l’enquête sur les atrocités commises au Tigré est déjà rejetée par Addis-Abeba.

Publicité

Avec notre correspondant à Nairobi, Sébastien Németh

Au nord de l’Éthiopie, le Tigré est en proie à un conflit depuis novembre entre pouvoirs fédéral et régional. Les violences ont fait des milliers de morts et des crimes de masse ont été dénoncés.

La CADHP a donc mis sur pied une équipe pour enquêter. Ses travaux ont officiellement commencé jeudi 17 juin, mais l’Éthiopie a déclaré qu’elle ne collaborerait pas. Bien au contraire, elle a demandé « l’arrêt immédiat » des travaux des cinq enquêteurs. Addis-Abeba reproche à la Commission des droits de l’homme d’avoir constitué l’équipe « de manière unilatérale ».

Hier, alors que les investigations venaient officiellement de débuter pour une durée de trois mois, le ministère éthiopien des Affaires étrangères a estimé qu’elles n’avaient finalement pas de base légale et ne respectaient pas le cadre qui avait été négocié. En fait, Addis-Abeba conteste surtout le fait que la commission ne soit pas conjointe et donc n’inclut pas des représentants du pouvoir éthiopien.

Les enquêteurs résistent

Mais l’institution semble pour l’instant résister à la pression. La commissaire Maya Sahli-Fadel, également membre de l’équipe, a indiqué qu’une enquête conjointe avec le gouvernement « pourrait altérer l’indépendance » de son travail.

Le chef de l’équipe a ajouté que l’enquête allait suivre son cours. « Ce que nous avons commencé ne peut pas être stoppé », a déclaré le Congolais Rémy Ngoy Lumbu. Il a précisé qu’Addis-Abeba leur avait donné l’autorisation d’aller au Tigré, même si pour l’instant aucune date n’a été arrêtée. « Ce que nous trouverons ne finira pas caché dans un tiroir », a en tout cas promis Remy Ngoy Lumbu.

Et comme pour anticiper une interdiction de territoire, le groupe a expliqué que s’il ne pouvait pas se rendre au Tigré, il pouvait visiter les pays voisins et parler aux milliers de réfugiés qui ont fui l’Éthiopie.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail