Reportage

Éthiopie: des élections législatives encore loin pour le Tigré

Mekele, capitale de la région éthiopienne du Tigré en mai 2021.
Mekele, capitale de la région éthiopienne du Tigré en mai 2021. © Sébastien Németh/RFI

On vote lundi 21 juin en Éthiopie, mais tout le pays n’ira pas aux urnes. De nombreuses circonscriptions ne participeront pas aux élections, notamment celles de la région du Tigré en proie à la guerre depuis novembre.

Publicité

Avec notre envoyé spécial de retour de Mekele, Sébastien Németh

Entre les pannes d’électricité, Internet coupé depuis novembre et les pénuries, Mekele vit au rythme de la guerre. La Commission électorale n’organisera donc pas le scrutin. Tedros est un commerçant. Il accuse l’armée fédérale d’avoir pillé son magasin.

Aujourd’hui, il balaye ce vote d’un revers de la main. « Pour moi, ce scrutin ne veut rien dire. On est dans une zone de guerre. On pense d’abord à notre sécurité et à notre survie. Il y a beaucoup d’insécurité, de criminalité, donc de toute façon comment pourrais-je voter, s'interroge-t-il. On avait élu notre gouvernement régional et ensuite il y a eu la guerre. Alors aujourd’hui pour qui voterait-on ? »

« Ce n’est pas une élection, c’est une blague »

Chaque jour de nouveaux déplacés venus de toute la province viennent s’entasser dans les camps ouverts en ville où les conditions de vie sont très précaires. Goitom est arrivé il y a cinq mois sur le site de Kisanet. Il dénonce le double discours du pouvoir fédéral.

« Pour moi, ça n’a pas de sens, estime-t-il. Abiy Ahmed se considère comme le leader de l’Éthiopie or, il ne respecte pas les droits humains. Ses soldats tuent les civils, violent les femmes. Quand quelqu’un commet ce genre de crimes, comment peut-il organiser des élections ? Le pouvoir veut fabriquer une image pour faire croire au monde qu’il y a une démocratie. Mais ce n’est pas une élection, c’est une blague. »

Certaines circonscriptions voteront en retard, le 6 septembre. Pour le Tigré, censé élire 38 parlementaires, on ne sait pas. La commission électorale a dit que la date serait donnée une fois que le gouvernement intérimaire aurait ouvert des bureaux pour les agents électoraux.

►À lire aussi : Reportage Afrique - Conflit du Tigré: retour sur le massacre d'Aksoum [3/5]

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail