La RDC prend de nouvelles mesures restrictives contre le Covid-19

Port obligatoire du masque, dispositifs de lavage des mains, distanciation physique, les mesures ordinaires sont reconduites. (image d'illustration)
Port obligatoire du masque, dispositifs de lavage des mains, distanciation physique, les mesures ordinaires sont reconduites. (image d'illustration) Arsene Mpiana / AFP

Des hôpitaux bondés de malades et des pics successifs de nouveaux cas en RDC, la « 3e vague de Covid-19 » inquiète les autorités politiques et sanitaires. À l’issue de la réunion du Conseil des ministres vendredi 18 juin autour du président et du Premier ministre en vidéoconférence, de nouvelles restrictions ont été adoptées. Pas de confinement, mais les mesures sont fortes et touchent toutes les couches sociales ; certaines activités économiques seront complètement à l’arrêt.

Publicité

Avec notre correspondant à Kinshasa, Pascal Mulegwa

Les bars, terrasses, discothèques et boîtes de nuit doivent fermer, car considérés comme vecteurs de contaminations. Cependant, les restaurants sont autorisés à fonctionner, mais seulement jusqu'à 21h00 et avec une capacité d’accueil ne dépassant pas les 50 %. Pourcentage imposé également aux églises « astreintes à réduire le nombre des participants lors des cultes », mais aussi à l’Administration publique, ainsi qu'aux entreprises privées.  Elles restent ouvertes, mais avec la même capacité d’accueil : 50%. Les autorités encouragent même à recourir au télétravail.

Les veillées mortuaires dans les funérariums ou à domicile sont aussi interdites. Les dépouilles mortelles seront directement conduites de la morgue au lieu d’inhumation en comité restreint. Dans les transports publics, seuls 50% de la capacité d’accueil seront tolérés. Les motos-taxis ne sont autorisés à prendre qu’un seul passager.

D’autres mesures défraient la chronique. Comme le maintien du couvre-feu de 22h à 04h et l’interdiction de la vente sur la voie publique ; les vendeurs de rue sont désormais obligés de travailler à l’intérieur des marchés. Port obligatoire du masque, dispositifs de lavage des mains, distanciation physique, les mesures ordinaires sont reconduites.

Tout comme l'interdiction des manifestations publiques de plus de 20 personnes. L'opposition et la société civile dénoncent une politique de deux poids, deux mesures sur ce point, accusant les autorités de ne pas s’y conformer elles-mêmes.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail