Afrique du Sud: chaîne de solidarité pour opérer un garçon attaqué par une hyène au Zimbabwe

L'histoire d'un garçon zimbabwéen attaqué par une hyène a ému des membres de la communauté de soignants d'Afrique du Sud (image d'illustration)
L'histoire d'un garçon zimbabwéen attaqué par une hyène a ému des membres de la communauté de soignants d'Afrique du Sud (image d'illustration) AFP - JOHN THYS

Ce week-end, plusieurs chirurgiens et spécialistes de santé ont accueilli dans une clinique privée de Johannesburg un enfant de 9 ans en provenance du Zimbabwe. Début mai, le garçon avait été attaqué par une hyène lors d'une cérémonie religieuse nocturne en extérieur.

Publicité

Avec notre correspondant à Johannesburg, Romain Chanson

L'enfant a perdu un œil, un nez et une partie de sa bouche et de son front. Émus par ce drame, des soignants sud-africains ont réussi à mobiliser des équipes et des dons pour faire venir cet enfant et l'opérer gratuitement. Tout est parti d'un coup de téléphone à une infirmière, un soir de mai.

Une semaine après l'attaque, Maqshuda Kajee, infirmière spécialisée dans les traumatismes et le transport de patients, reçoit l'appel d'une collègue. « Elle m'a envoyé des photos de l'attaque et m'a demandé si je pouvais faire venir l'enfant en Afrique du Sud pour qu'il soit pris en charge. Et je lui ai dit : "écoute je peux toujours essayer". Vous savez, en tant que mère, ce genre de choses vous touche ».

Maqshuda Kajee consacre les semaines suivantes à mobiliser des fonds et des soutiens. Une compagnie aérienne offre le voyage, des chirurgiens montent une équipe pour opérer gratuitement, des dons affluent pour financer les médicaments et la convalescence du garçon. Rodwell Khomazana arrive finalement samedi 19 juin en Afrique du Sud, un mois après l'attaque. L'enfant est accueilli à la clinique par des chants.  C'est un premier défi relevé avec succès pour Maqshuda Kajee.

« Oui, le fait qu'il soit arrivé en Afrique du Sud c'est déjà exceptionnel. Mais maintenant le plus dur est devant nous. Notamment plusieurs opérations lourdes. On doit lui réapprendre à manger, à sourire et à parler correctement après toutes ces opérations. »

Pour qu'il retrouve le sourire, Rodwell Khomazana sera également suivi psychologiquement pour surmonter ce traumatisme. Dans sa chambre d'hôpital, il n'est pas seul, sa maman l'accompagne.

Ce lundi, Rodwell Khomazana doit subir les premiers examens sous anesthésie pour pouvoir établir quelle sera la suite des opérations.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail