Soupçons de pratiques mafieuses au sein des forces armées de la RDC

Un membre des FARDC monte la garde à l'extérieur d'Oïcha, dans le territoire de Beni. (image d'illustration)
Un membre des FARDC monte la garde à l'extérieur d'Oïcha, dans le territoire de Beni. (image d'illustration) JOHN WESSELS / AFP

Des officiers militaires congolais auraient gonflé les effectifs sous leur commandement pour gagner de l'argent. Trois d’entre eux font l’objet de poursuites judiciaires en Ituri à cause de ces pratiques.

Publicité

Avec notre correspondant à Kinshasa, Kamanda wa Kamanda Muzembe

Selon le procureur militaire de la province de l’Ituri, trois officiers supérieurs ont été interpellés. Le colonel Joseph Makelele Mukenge s’est gardé de donner les noms et les grades des officiers incriminés ainsi que la hauteur des montants qu’ils ont engrangés, l’affaire étant encore, selon lui, en instruction au niveau du parquet militaire.

Mais nos sources, elles, parlent d’un lieutenant-colonel et de deux majors, chargés de l’administration et des rémunérations dans certaines unités, entre autres le régiment basé à Boga, dans le territoire d’Irumu, dont les éléments mènent des opérations contre les ADF, ces rebelles ougandais qui écument également la contrée de Beni, dans le Nord-Kivu.

Ces pratiques mafieuses ont été dénoncées par le président Félix-Antoine Thsisekedi lors de son passage à Bunia. Il a promis de frapper fort pour remettre de l’ordre dans les rangs de l’armée. En gonflant les effectifs sous leur commandement, ces chefs militaires profitent du surplus de la solde. Pour certains observateurs qui préfèrent garder l’anonymat, la complicité des réseaux mafieux remonte jusqu’à des niveaux élevés. 

► Lire aussi : RDC: Tshisekedi pointe des «magouilles» dans l'armée pour expliquer l'insécurité dans l'est

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail