Affaire Chebeya en RDC : les témoins de RFI disent leurs familles menacées

Hergil Ilunga wa Ilunga, l'un des membres du commando de la police qui a assassiné Floribert Chebeya et Fidèle Bazana.
Hergil Ilunga wa Ilunga, l'un des membres du commando de la police qui a assassiné Floribert Chebeya et Fidèle Bazana. © À demander

La veuve de Floribert Chebeya et le fils de Fidèle Bazana sont rentrés pour la première fois à Kinshasa depuis l'assassinat de leurs proches, militants des droits de l'homme, en juin 2010 à Kinshasa. Alors que le dossier a été transmis à la Haute Cour militaire, les trois policiers interrogés par RFI, qui reconnaissent avoir fait partie du commando d'assassins, se disent dans l'insécurité. Ils vivent en exil, mais leurs familles sont restées au pays et sont menacées par leurs anciens complices.

Publicité

Nous sommes toujours en insécurité là où nous sommes. Nous demandons toujours l’appui de la communauté internationale, parce que nous sommes visités par les Congolais depuis qu’on a fait les révélations. Nous sommes toujours visités là où nous sommes. En plus de cela, nos familles sont restées là au Congo au Katanga et ils reçoivent toujours des menaces par nos amis.

Hergile Ilunga, un policier qui reconnait avoir fait partie du commando d'assassins

► À relire : Affaire Chebeya: «C’est à l’inspection générale de la police qu’on les a étouffés»

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail