Félix Tshisekedi et Paul Kagame affichent leur nouvelle entente

Paul Kagame accueille Félix Tshisekedi au poste frontière de Rubavu, au Rwanda, le 25 juin 2021.
Paul Kagame accueille Félix Tshisekedi au poste frontière de Rubavu, au Rwanda, le 25 juin 2021. AFP - SIMON WOHLFAHRT

Les présidents rwandais et congolais se sont retrouvés ce samedi à Goma, après Gisenyi hier, où ils ont tenté de sceller une nouvelle alliance. Pour leurs dirigeants, les deux pays doivent tourner la page et entrer dans une nouvelle ère.

Publicité

Avec notre envoyé spécial à Goma, William Basimiké

À son tour, le président congolais Félix Tshisekedi a accueilli son homologue rwandais Paul Kagame vers 13h30 avant de traverser la haie d’honneur à la grande barrière de Goma. Puis c'est le visage serein et avec des convictions que les deux chefs d'État se sont présentés devant la presse locale et internationale à l'hôtel Serena de Goma.

D'abord, Paul Kagame a présenté ses compassions au peuple congolais pour les victimes de la récente éruption du volcan Nyiragongo et les tremblements de terre qui s'en sont ensuivis. Il a estimé que l'état de siège instauré depuis bientôt deux mois par son homologue pourra résoudre les problèmes d'insécurité et d'instabilité qui perdurent dans l'est de la RDC et qui empêchent le développement économique depuis des années. Il a assuré que le Rwanda est prêt à apporter à la RDC une assistance de n'importe quelle nature dans la limite de ses moyens. Paul Kagame a refusé de dévoiler la nature de l'assistance aux médias, mais il a promis de travailler avec Félix Tshisekedi pour apporter des solutions mutuelles entre les deux pays et encourage les populations au vivre ensemble. 

Enfin, Paul Kagame a exhorté les citoyens des deux pays à oublier ce qui les a affecté dans le passé et se focaliser sur ce qu’il y a de bon pour avancer sur des nouvelles bases.

Paul Kagame

De son côté, le président congolais a salué le rapprochement et regretté les considérations négatives du passé. Plusieurs fois, il a qualifié son homologue de « frère ». Cependant, il a précisé que l'idée de l'état de siège n'avait rien à voir avec la coopération avec le Rwanda. Aujourd'hui, la collaboration existe selon lui dans tous les domaines et il a appelé à unir les efforts pour éradiquer les obstacles et à penser désormais la protection des populations des deux pays.

Assainir la politique, formaliser l'économie informelle

Visiblement satisfait, il s’est réjouit de l’évolution du processus d’intégration de son pays : « Mes homologues de l’East african Community ont accepté l’entrée de la RDC dans cette communauté. Maintenant nous allons passer aux discussions pour voir comment nous allons harmoniser nos politiques judiciaires, nos politiques économiques, et toutes les autres politiques qui feraient que nous évoluions sur la même longueur d’ondes. Donc, tout va bien, c’est une bonne nouvelle dont la RDC devrait se réjouir. »

Pour y parvenir, la RDC cherche à soigner son image avec ses voisins de l’est, notamment le Rwanda. Les deux pays s’activent pour améliorer leur relations commerciales transfrontalières et sur les taxes, comme l’explique le président Félix Tshisekedi : « ça veut dire que nous voulons redoubler de vigilance et d’efforts pour faire en sorte que nous puissions mettre de l’ordre dans ce secteur afin qu’il n’y ait plus des tracasseries sur les biens et les personnes qui circulent et qui seraient surtout bénéfiques pour les économies de nos deux pays. »

Pour son homologue rwandais Paul Kagame, il suffit de revoir certains aspects politiques pour la bonne marche des économies et du développement des pays de la sous-région : « Il ne s’agit pas de se débarrasser du secteur informel, mais il faut regarder comment transformer le secteur informel et le rendre un peu plus formel. On peut avoir des bonnes routes et bien d’autres choses, mais si on n’a pas la bonne attitude et de bonnes pratiques politiques, rien ne va marcher. »

Les deux présidents encouragent les échanges et la coopération entre les pays de l’est de l’Afrique.

Par ailleurs, les deux hommes ont visité Kibati, la partie congolaise la plus touchée récemment par la coulée de la lave du Nyiragongo, comme ils l’ont fait hier à Rubavu dans la partie rwandaise. Plusieurs accords ont été signés notamment sur l'exploitation de l'or dans l'est de la RDC. 

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail