RDC: un séminaire gouvernemental pour renforcer son action

Le président de la RDC, Félix Tshisekedi, le 9 novembre 2019. (Illustration).
Le président de la RDC, Félix Tshisekedi, le 9 novembre 2019. (Illustration). Sumy Sadurni / AFP

C’est la troisième année que ce type de séminaire est organisé depuis l’arrivée de Félix Tshisekedi au pouvoir. L’objectif est d’instaurer une gestion qui produise des résultats. À l’ouverture, jeudi 22 juillet 2021, le chef de l’État congolais a fait part de ses orientations, insistant sur l’importance d’établir des objectifs précis et de renforcer les contrôles de l’action gouvernementale.

Publicité

Avec notre envoyée spéciale à Kinshasa, Sonia Rolley

Ce séminaire a d’abord pour but de renforcer la bonne gouvernance alors que parmi les membres de ce premier gouvernement de l’Union sacrée, certains n’ont que peu ou même pas d’expériences de la gestion des affaires de l’État. Il consiste pour l’essentiel en des briefings d’experts sur des aspects-clé de gouvernance, depuis le fonctionnement du gouvernement lui-même jusqu’à la passation de marchés.

Il n’est pas question de leur prodiguer un enseignement universitaire, explique Félix Tshisekedi, mais plutôt de susciter des débats internes : « Cela ne sera possible que si les uns et les autres évitent toute langue de bois, toute prise de position dogmatique et surtout tout refus de comprendre et d’accepter les nuances critiques propres à tout débat. »

Alors qu’au sein de sa majorité, l’Union sacrée, il y a déjà des tensions autour d’une proposition de loi excluant de la course à la présidentielle et à d’autres fonctions régaliennes tous les Congolais qui n’ont pas un père et une mère de nationalité congolaise. Le président Tshisekedi a insisté sur l’importance de la cohésion gouvernementale pour obtenir des résultats : « Il est donc attendu de chacun de vous d’éviter des prises d’opposition partisane. Il n’y a pas de place pour satisfaire les caprices de quelques autorités morales que ce soit. »

Félix Tshisekedi a affirmé qu’il allait lui-même contrôler les performances de son gouvernement et d’autres institutions ou entreprises publiques à travers le Conseil présidentiel de veille stratégique. Il a appelé ses ministres à travailler avec les membres de ce Conseil.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail