Éthiopie: plusieurs milliers d’étudiants coincés dans la région du Tigré

La gare routière de Mekele.
La gare routière de Mekele. RFI/Léa-Lisa Westerhoff

Leurs parents lancent un appel à l’aide pour évacuer leurs enfants du Tigré.

Publicité

Avec notre correspondante à Nairobi, Albane Thirouard

Depuis la reprise de Mekele par les forces rebelles du Tigré, les réseaux de communications sont de nouveaux coupés, et la plupart des routes de la région sont bloquées. Par ailleurs, la nourriture manque. Au total, plus de cinq millions de personnes ont un besoin urgent d’assistance humanitaire selon l’ONU. De quoi inquiéter les parents, sans nouvelles depuis presque un mois, de leurs enfants qui étudient dans la région. Les étudiants des quatre universités publiques de la région n’ont plus de moyens d’entrer en contact avec leur famille.

Alors ils étaient plusieurs centaines rassemblés, ce vendredi, devant le bureau des Nations unies à Addis-Abeba. Demandant une intervention urgente de l’ONU pour l’évacuation des étudiants.

L'université appelle le gouvernement à agir

Au début du mois, le ministère des Sciences et de l'Enseignement supérieur s’était voulu rassurant, affirmant via Facebook qu’ils suivaient leurs cours normalement.

Mais jeudi, l’université de Mekele a publié un communiqué inquiétant. Alors qu’elle est financée par le gouvernement éthiopien, l’institution indique ne pas avoir reçu de fonds pour cette année. Et être à cours d’argent pour nourrir les étudiants. Les comptes bancaires étant bloqués, aucun achat de nourriture n’est possible. L’établissement précise ne plus pouvoir prendre en charge les élèves à partir du 27 juillet.

L’université en appelle aux autorités éthiopiennes pour résoudre la situation avant cette date. Soit en transférant l’argent nécessaire, soit, en envoyant des bus pour évacuer les étudiants du Tigré.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail